fbpx

Echec des négociations pour former un gouvernement en Allemagne : Merkel paye le prix de l’accueil inconsidéré des « migrants »

Merkel échec gouvernement migrants négociations
 
« Le Brexit, Trump, et maintenant ça. Le chancelier allemand Angela Merkel est dans l’incapacité de former un gouvernement. » C’est ainsi que débute l’éditorial du média public allemand Deutsche Welle publié lundi, au lendemain de la rupture des négociations pour former un gouvernement par Christian Lindner, le chef des libéraux (FDP). Que n’a-t-on vu d’éloges de la généreuse Mutti Merkel dans ce média comme dans tous les grands médias allemands après sa décision prise pendant l’été 2015 d’ouvrir les frontières à l’immigration illégale, jetant ainsi de nouvelles vagues de migrants sur la route des Balkans ! Or après avoir favorisé la victoire du Brexit lors du référendum britannique de juin 2016 et avoir fait plonger les partis de la grande coalition aux élections de septembre 2017, la décision de Mutti Merkel l’empêche désormais de former un gouvernement. Même les grands journaux immigrationnistes allemands le reconnaissent, puisqu’on pouvait lire par exemple dans Die Welt : « Le sort de ces discussions avait déjà été scellé le 5 septembre 2015. La décision de Merkel de garder la frontière allemande ouverte aux réfugiés pour différentes raisons a fermé la porte dimanche à la première coalition multipartite allemande. »
 

Migrants : des positions inconciliables entre les partenaires potentiels d’une coalition de gouvernement dirigée par Merkel

 
Entre la CDU-CSU qui avait enfin convenu (sous la pression de la CSU bavaroise) qu’il fallait plafonner le nombre annuel de demandes d’asile, le FDP qui reprochait à Merkel et à sa grande coalition de ne pas expulser les déboutés du droit d’asile et les Verts, conduits par l’Allemand d’origine turque Cem Özdemir, qui voudraient toujours plus d’immigrants, il était difficile de s’entendre.
 
La question de l’immigration n’était pas la seule pomme de discorde, et la politique énergétique est, comme on peut se douter, un autre domaine où il est difficile de concilier l’intégrisme écolo des Verts et le libéralisme économique du FDP. Mais la politique migratoire est malgré tout le domaine où les positions des trois partis pressentis pour former une coalition « Jamaïque » (du nom des couleurs symbolisant ces trois partis, les mêmes que sur le drapeau jamaïcain) paraissent totalement inconciliables. La CDU-CSU a bien compris que l’AfD est là pour rester, lui ayant siphonné son aile droite après la dérive immigrationniste et libertaire insufflée par Angela Merkel, et elle craint désormais de paraître trop permissive.
 
Le couronnement de la carrière de démagogue de celle qui gouverne l’Allemagne depuis 2005 aura été le « mariage gay » voté à quelques mois des élections. Comme pour l’ouverture des frontières, cette décision fut apparemment prise sous le coup d’une impulsion sans doute par désir de faire bonne impression quand la question du « mariage gay » lui fut posée au détour d’une interview, ou peut-être pour réaliser ses objectifs à long terme d’ancien membre des jeunesses communistes.
 

Trois possibilités après l’échec des négociations

 
Angela Merkel a maintenant trois possibilités : s’entendre avec les sociaux-démocrates (SDP) de Martin Schulz pour reconduire la grande coalition qui gouvernait l’Allemagne depuis décembre 2013 (ce que Schulz a pour le moment exclu, de peur que cela ne signe l’arrêt de mort de son parti aux prochaines élections), former un gouvernement minoritaire avec les seuls Verts, ce qui supposerait de rechercher ensuite une majorité au coup par coup au parlement (ce que Merkel a pour le moment exclu), ou parier sur de nouvelles élections qui seraient convoquées par le président Frank-Walter Steinmeier. Cette dernière solution est la plus risquée pour l’Establishment, car les sondages montrent que la CDU-CSU dirigée par Merkel ainsi que le SPD de Schulz pourraient faire encore moins bien que le 24 septembre dernier, quand ils avaient déjà enregistré leur plus mauvais résultat depuis 1949, avec respectivement 33 % pour la CDU-CSU et 20,5 % pour le SPD. L’AfD pourrait par contre faire un peu mieux que ses 12 % de septembre, les sondages le donnant aujourd’hui à 14 % des intentions de vote au niveau national.
 
« Le Brexit, Trump, et maintenant ça ». Le réveil est tardif pour les médias du Système. C’était pourtant prévisible.
 

Olivier Bault