fbpx

Viols sur mineures à Telford : l’Angleterre révoltée malgré l’arrestation d’Azhar Ali Mehmood, Mubarek Ali, Ahdel Ali

Telford viols mineures Azhar Ali Mehmood Mubarek Ahdel
 
Dans ce qui pourrait constituer le pire scandale sexuel en Angleterre, il apparaît que des gangs ont violé plus d’un millier de jeunes filles durant les quatre dernières décennies à Telford, à 40 km de Birmingham. Ces jeunes filles étaient droguées, battues et violées depuis les années 1980. Les plaintes pour viols sur mineures ont été mal instruites, de nombreux suspects restant en liberté. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 15,1 crimes sexuels sur mineurs pour 10.000 habitants ont été dénoncés sur douze mois à septembre 2015 soit, pour 155.000 habitants à Telford, 225 victimes ! Trois arrestations ont eu lieu, trop tard : Azhar Ali, Mehmood Mubarek Ali, Ahdel Ali. Le politiquement correct protégé des auteurs…
 

Azhar Ali Mehmood avait violé une mineure avant d’incendier sa maison : trois morts

 
Le député de Telford, Lucy Alan (parti conservateur), a demandé une enquête du style de celle menée à Rotherham et qualifié les derniers rapports « d’extrêmement sérieux et choquants ». Parmi les faits qui ont permis de mettre le scandale à jour, le drame de Lucy Lowe, 16 ans, qui mourut au côté de sa mère et de sa sœur après que l’homme qui l’avait violée mit le feu à leur maison. Ce criminel d’origine mahométane se nommait Azhar Ali Mehmood, était chauffeur de taxi et âgé de 26 ans. Il avait abusé de Lucy pour la première fois en 1997 et la jeune fille avait donné naissance à un enfant alors qu’elle n’avait que 14 ans. Mehmood fut incarcéré pour le meurtre de Lucy, de sa mère Eileen et de sa sœur Sarah, cette dernière âgée de 17 ans. Mais il n’a jamais été poursuivi ou condamné pour crime sexuel sur la jeune fille.
 
Une autre victime, qui avait été droguée et violée en réunion par neuf hommes deux ans auparavant, avait affirmé que l’assassinat de Lucy constituait un avertissement lancé aux autres filles susceptibles de parler, véritable organisation de la terreur sur toute une ville par un gang allogène. Cette collégienne, qui veut garder l’anonymat, a affirmé qu’elle avait pensé à se suicider : « J’avais peur que ma famille ne meure comme celle de Lucy », a-t-elle confié au Sunday Mirror. En 2002, une autre élève, Becky Watson, 13 ans, avait été tuée dans un accident de la circulation inexpliqué à Telford. On avait appris que la victime avait subi deux années d’abus sexuels. Dans un journal intime bouleversant elle témoignait de la façon dont elle était obligée « d’aller coucher ».
 

A Telford, Becky Watson a subi des viols, contrainte de se droguer, morte de surdose

 
La maman de Becky, Torron Watson, se rendit plusieurs fois au commissariat de Telford, apportant même une liste de suspects. En vain. Elle déclare : « Des filles comme Becky ont été traitées comme des criminelles. Je criais à l’aide mais avais l’impression de n’avoir aucun recours. Si le viol de Becky avait été instruit correctement, de nombreuses autres jeunes filles auraient pu être sorties de cet enfer ! » Car enfer est bien le mot : Vicky Round, une amie de Becky, fut violée par le même gang et forcée de consommer de la cocaïne jusqu’à l’addiction alors qu’elle n’avait que 12 ans. A 14 ans, elle était sous héroïne et mourut à 20 ans d’une surdose.
 
Cette véritable guerre sexuelle, qui évoque les viols massifs commis par l’Armée rouge en 1945 en Allemagne, fit quelque 1.400 victimes à Rotherham, la plupart mineures, violées durant seize années par des hommes appartenant à la communauté pakistanaise et mahométane de la ville, véritable « conquête » sur fond de suprémacisme racial.
 
A Telford, le nombre probable de victimes a été calculé par le professeur Liz Kelly, de la London Metropolitan Université. Dino Nocivellu, avocat spécialiste des viols sur mineurs, explique : « Ces enfants ont été traitées comme des objets sexuels par des hommes qui leur ont fait subir d’odieux abus. Les survivantes méritent qu’on mène l’enquête. On doit savoir pourquoi ces abus se sont poursuivis si longtemps et pourquoi tant de criminels n’ont jamais été traduits en justice ». Mais la responsabilité des élites immigrationnistes sera-t-elle jamais établie ?
 

L’Opération Chalice à Telford n’a permis que d’incarcérer sept hommes, dont Mubarek Ali et Ahdel Ali

 
Seuls sept hommes ont été incarcérés, en 2013, par l’Opération Chalice, enquête sur la prostitution infantile dans la région de Telford. Il avait été établi que Mubarek Ali, 34 ans, vendait des adolescentes, certaines dès l’âge de 13 ans, dans un restaurant indien de Telford, après les avoir préparées. Son frère Ahdel Ali, 27 ans, écopa d’une réclusion de 26 années après que les deux hommes ont été convaincus d’abus sexuels, trafic, proxénétisme ou tentative, sur quatre mineures. L’enquête du Sunday Mirror établit que les autorités avaient eu vent des abus sexuels dix ans avant de lancer l’Opération Chalice. Une victime, enlevée par les pédophiles et forcée de coucher avec des dizaines d’hommes s’indigne : « La police a trahi les enfants de cette ville une seconde fois. J’ai peur de connaître un jour le nombre de victimes qui ont été abusées au cours de ces années et je ne serais pas surprise que l’ampleur du crime atteigne celle de Rotherham. Ca a duré au moins vingt ans. »
 
La police a reconnu des « erreurs d’interprétation » des rapports des patrouilles nocturnes qui avaient relevé que des adolescents vendaient des stupéfiants pour des parties impliquant des mineurs et que des groupes d’hommes emmenaient des enfants dogués. Un porte-parole du Conseil de Telford et Wrekin a déclaré : « L’exploitation sexuelle des enfants est un crime odieux, diabolique. C’est un problème dans l’ensemble du Royaume-Uni, et depuis longtemps. Telford sera visée par l’enquête nationale sur l’exploitation sexuelle des enfants. » La police reconnaît qu’une centaine de jeunes filles pourraient avoir été victimes de ces abus pour les seules années 2007 à 2009.
 

Matthieu Lenoir