fbpx

Charles Gave : « 70 % des banques européennes sont en état de quasi faillite »

Charles Gave banques europeennes faillite
 

A 71 ans, l’économiste Charles Gave n’y va pas par quatre chemin pour décrire la déliquescence économique qui est la nôtre : « 70 % des banques européennes sont en état de quasi faillite », affirme aujourd’hui l’auteur de L’Etat est mort, vive l’Etat ! De là à comparer l’Union européenne à l’URSS, il n’y a qu’un pas, que Charles Gave franchit sans crainte. Pour lui, il est nécessaire de laisser les gens décider de ce qu’ils veulent. Un langage que Bruxelles risque fort de ne pas comprendre !

 

Faillite des banques européennes

 
« On est dans une situation bancaire absolument abominable, précise Charles Gave. (…) Regardez simplement leur cours de Bourse, précise-t-il à propos de ces banques. Elles ont perdu à peu près les trois quarts depuis 7 à 8 ans. Quand quelque chose perd les trois quarts, c’est que les gens à l’intérieur, qui savent quelque chose, n’en achètent pas beaucoup… »
 

Faillite européenne, faillite de l’euro

 
Pour notre économiste, la comparaison avec le système soviétique n’est pas une simple formule. « Depuis l’arrivée de l’euro, explique-t-il, les banques centrales ont décidé de mettre le prix des actifs, et en particulier les obligations d’Etat, au centre du système. Ce n’est plus l’argent qui est au centre du système, c’est le prix des actifs… » Ce qui provoque, précise-t-il, « une dichotomie énorme entre la valorisation des affaires et la croissance économique ».
 
Et il conclut : « On a créé un système soviétique où il n’y a pas de prix pour l’argent, pas de prix pour les taux d’intérêt, pas de prix pour le taux de change, pas de prix pour le rendement marginal du capital investi… Comment voulez-vous qu’un système où il n’y a plus de prix ait de la croissance ? »
 

Utopie du socialisme

 
Y a-t-il une solution ? Quand on a dit que tout allait mal, peut-on s’en sortir ? S’il envisage quelques pistes, Charles Gave n’en est pas sûr. Après tout, « si quelqu’un pouvait prévoir quelque chose, affirme-t-il, le socialisme marcherait ».
 

Un espoir selon Charles Gave ?

 
Charles Gave nous donne pourtant – ou peut-être ? – un espoir. Il distingue en effet deux Europe. Et, selon son analyse, seule l’Europe de l’Euro est « malade à en crever »…