fbpx

Chiites et Sunnites s’affrontent autour du tombeau de Mahomet

Chiites Sunnites Tombeau de Mahomet
 
Une nouvelle pomme de discorde menace d’aggraver l’affrontement entre musulmans chiites et sunnites qui déchire le Proche Orient, la destruction d’une part de la mosquée Al Masjid Al Nabawi à Médine, qui abrite le tombeau de Mahomet et des pièces qui auraient abrité sa fille Fatima. On sait que le chiisme (qui a convaincu 15% des musulmans) est un schisme très ancien, puisqu’il prétend suivre Ali, gendre du prophète. Il a un clergé (mollahs et ayatollahs) et vénère les saints de l’Islam, dont évidemment Mahomet et Fatima. A l’inverse, les sunnites majoritaires, qui se perçoivent comme orthodoxes, ne leur vouent pas de culte. A la suite de la péninsule arabique, le monde musulman dans son ensemble est sunnite, à l’exception notable de l’Iran et d’une grande partie de l’Irak, sous la domination des chiites.
 

Le tombeau de Mahomet menacé de destruction

 
L’Arabie Saoudite, où se trouve le but du pèlerinage majeur des musulmans, la Kaaba et la pierre noire, envisage sans état d’âme de détruire le tombeau de Mahomet qui se trouve dans la mosquée Al Masjid Al Nabawi, parce que celle-ci manque de place. De toute façon, explique le docteur Irfan Al Alawi, autorité académique locale, le site auquel il appartient aurait déjà perdu 95% de son contenu historique à cause de changements ces dernières années et le tombeau de Mahomet pourrait sans dommage être déplacé et reconstruit ailleurs. L’information ne brille pas par sa précision et révulse les chiites. Mais la mosquée Al Masjid Al Nabawi n’a pas le statut international et interconfessionnel du Saint Sépulcre, il est placé sous la garde personnelle du Roi d’Arabie saoudite Abdullah, qui peut y décider les travaux qui lui plaisent. Qui est wahabite, c’est à dire rigoriste parmi les rigoristes sunnites. Pour lui, vénérer l’appartement de Fatima ou le tombeau de Mahomet s’apparente à l’idolâtrie, ni plus ni moins. Avec la croissance exponentielle des pèlerinages en Arabie saoudite, due au développement de l’aviation bon marché chère, la question risque de s’envenimer.