fbpx

La Chine offre une statue de Karl Marx à la ville de Trèves en Allemagne

Chine statue Karl Marx Trèves Allemagne
 
Consternation à Trèves : la ville de naissance de Karl Marx vient de se voir offrir une statue de son célèbre citoyen à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. L’auteur du Capital dominera l’un des lieux les plus prestigieux de la ville, la Simeonstiftplatz près de la Porta Nigra. Au cours de la discussion serrée qui a eu lieu au conseil municipal de Trèves la semaine dernière, l’opposition des libéraux du Parti démocrate libre et celle de certains Verts n’aura pas suffi à obtenir le refus de ce don plutôt encombrant à la gloire du théoricien du communisme : l’acceptation a réuni 42 voix sur 53, seuls sept conseillers votant contre, plus quatre abstentions.
 
Une représentation en bois de la statue trône déjà à Trèves. La version définitive, de plus de 6 mètres de haut, sera inaugurée le 5 mai 2018, pour marquer le bicentenaire de la naissance de Marx. Portant la signature de l’artiste chinois Wu Weishan, son emplacement a été choisi par le sculpteur qui la souhaite visible depuis le lieu de naissance de l’auteur du Manifeste du parti communiste, et ne devrait pas être modifié même si le conseil municipal doit encore se prononcer formellement sur le financement et le lieu d’implantation du mastodonte.
 

Karl Marx, citoyen de Trèves en Allemagne

 
Car oui, si la Chine offre la statue, les contribuables de la bonne ville de Trèves devront mettre la main à la poche à hauteur de 35.000 euros pour prendre à leur charge la moitié du coût du piédestal.
 
La double controverse entourant ce don porte à la fois sur la personnalité de Karl Marx et sur l’identité du donateur. Ainsi, un membre des Verts, Reiner Marz, a plaidé pour que Trèves décline l’offre chinoise en raison du bilan déplorable du pays communiste en matière de respect des droits de l’homme : geste symbolique, « ce signal serait entendu », a-t-il déclaré.
 

La Chine communiste offre une statue géante de Karl Marx : logique…

 
Faut-il accepter un présent de la part d’un « régime despotique, inhumain, assoiffé de sang ? », a demandé de son côté Tobias Schneider, du Parti démocrate libre, libéral. Régime qui continue d’honorer ses ancêtres sans le moindre état d’âme
 
Finalement, les objections ont été balayées. Le maire social-démocrate de la ville, Wolfram Leibe, a jugé que ce « méga Marx » allait « enrichir » la ville : « Karl Marx est l’un des plus illustres citoyens de cette ville, et nous ne devons pas le cacher », a-t-il déclaré.
 
Et si on lui avait demandé d’élever une statue à un théoricien du nazisme ?
 

Anne Dolhein