fbpx

Scandale à Bruxelles : la Cour des comptes épingle le budget de l’Union européenne

Cour des Comptes Budget Union europeenne
 
La Cour des comptes européenne épingle, dans un rapport inédit de 100 pages publié mardi, les nombreuses faiblesses de l’utilisation des finances européennes. Il serait donc question pour les Etats-membres de débourser 326 milliards d’euros supplémentaires pour le budget 2014-2020 de l’Union européenne, en plus des 908 déjà prévus, soit plus d’un tiers de dépassement. A l’heure où la Commission européenne cherche déjà quelque 300 milliards, on comprend que la Cour des comptes doute de la capacité tant de la Commission que des Etats à payer leurs dettes. Une analyse très stricte des risques liés à la gestion financière du budget européen…
 
« En partant du principe que l’Union européenne ne va pas revenir sur ces engagements, et pour la plupart d’entre eux je ne vois pas comment elle le pourrait, il sera probablement difficile d’obtenir cet argent des Etats-membres pour financer les dépenses prévues », commente le Dr Igor Ludborzs, sous la responsabilité duquel le rapport a été écrit. « Les engagements sont là, l’argent n’y est pas », ajoute-t-il, en observant que, quoi qu’il en soit, les Etats se retrouveront un jour au pied du mur afin d’honorer leurs engagements.
Selon lui, l’histoire pourrait mal finir…
 

Une mauvaise gestion du budget contestée

 
La Commission européenne n’est pas loin de penser la même chose, mais pour des raisons diamétralement opposées, qui tiennent essentiellement aux tensions que ces questions provoquent entre Bruxelles et les Etats-membres de l’Union. Ce qui la pousse d’ailleurs, analyse, le Dr Ludborzs, à demander aux États de présenter leurs projets d’infrastructures les six premiers mois de l’année, sachant très bien que, ensuite, il n’y aurait plus d’argent.
 
Pire : la publication de ce rapport intervient à un moment où la question des budgets nationaux provoque de graves oppositions entre les institutions européennes et les capitales nationales.
 

La Commission européenne conteste le rapport de la Cour des comptes

 
Aussi la Commission, tout en affirmant se féliciter de la parution de ce rapport, a-t-elle fait remarquer que la Cour des comptes européenne outrepassait « son rôle traditionnel ». Bien sûr… Il s’agit pourtant du contrôleur officiel, mais indépendant, des finances de l’Union européenne.
Son porte-parole, Jakub Adamowicz, s’est ainsi livré à un exercice démagogique de haute volée, affirmant que la Commission européenne avait pris connaissance de ce rapport avec un « certain intérêt » et que, bien qu’il « ne révèle rien de neuf », il y avait là « matière à réflexion ».
 
C’est déjà fort joli. Mais ça ne vaut pas la conclusion de son propos : « Il n’y a aucune raison de s’inquiéter de ces chiffres faramineux. »
 
On imagine la tête des fonctionnaires de Bruxelles si l’un quelconque des responsables d’un Etat-membre s’était permis de leur répondre la même chose à propos des observations de Bruxelles sur son budget national ! Un tiers de dépassement du budget prévu : même Hollande et Sapin n’oseraient pas !