fbpx

Google et Apple, des pays ? Le Danemark nomme un ambassadeur digital

Danemark ambassadeur digital Google Apple

Anders Samuelsen


 
C’est une première mondiale, et elle est riche de répercussions potentielles. Le ministre des affaires étrangères du Danemark vient d’annoncer la très prochaine nomination d’un « ambassadeur digital ». Selon le ministre Anders Samuelsen, qui répondait vendredi aux questions du journal Politiken, les sociétés telles Google, Apple et Microsoft ont aujourd’hui une telle influence et un tel poids que leurs actions ont désormais plus d’importance pour le Danemark que celles des pays souverains.
 
« Ces sociétés sont devenues un nouveau type de nation et nous devons en prendre acte », a-t-il déclaré.
 
Il s’agit, en nommant un ambassadeur, de mettre en place de meilleures relations avec les géants de l’informatique et des nouvelles technologies dont les fortunes dépassent largement celles de certains pays avec lesquels le Danemark entretient des liens diplomatiques traditionnels.
 

Google et Apple : encore un peu et ils feront partie du G20 !

 
On aurait pu imaginer un délégué spécial, un représentant d’un ministère de l’innovation ou de l’industrie, pour assurer les contacts avec ces multinationales. En impliquant la couronne, le gouvernement et l’ensemble de la diplomatie danoise, c’est une solution beaucoup plus radicale qui est choisie, reconnaissant à Google, Apple et les autres un quasi statut d’Etat. On passe du respect des lois locales par ces multinationales, éventuellement tempéré par des négociations, à des rapports sur un pied d’égalité. Où l’influence, le pouvoir et la fortune tiennent lieu de souveraineté…
 
Ainsi, Anders Samuelsen a invoqué une enquête du Financial Times montrant que la valeur marchande d’Apple et Google est si considérable que s’il s’agissait de nations, elles pourraient presque prétendre à participer au G20, qui regroupe les vingt économies mondiales les plus importantes.
 
« Nous maintiendrons notre façon ancienne de penser qui nous pousse à soigner nos relations avec d’autres pays. Mais il nous faut tout simplement avoir des liens plus étroits avec certaines des compagnies dont l’activité a des conséquences pour nous », a-t-il déclaré.
 
Les entreprises numériques comme Apple, Microsoft, IBM et Google ont en effet une influence importante sur la manière de communiquer, de vivre, de travailler. Mais aussi de gouverner, de surveiller, de récupérer des données et de les conserver, d’agir face aux informations qui circulent. Le ministre danois n’en parle pas mais il n’est pas absurde de penser que la question du cryptage des données peut faire partie des pourparlers entre pays souverains et une entité comme Apple ou Microsoft…
 

L’ambassadeur digital du Danemark : une histoire de puissance et d’argent

 
Les responsables danois voient dans la nomination d’un ambassadeur la possibilité de promouvoir la mise en place de la technologie la plus avancée mais ils évoquent également les questions « politiques et éthiques » qui surgissent à sa faveur, et la nécessité de rendre le Danemark attrayant pour les investisseurs informatiques.
 
C’est le fruit d’un lobbying intense qui a déjà permis au Danemark d’avoir été choisi pour la construction d’un grand centre de données de Facebook a Odense – fruit de trois ans de travail discret, assure le ministère des affaires étrangères – tandis qu’Apple a lui aussi choisi le Danemark pour construire un centre de données à Viborg. Microsoft construira quant à lui un siège au Danemark.
 
Reste une inconnue : les géants de l’informatique accepteront-ils d’être considérés comme des quasi pays ? Pour les relations diplomatiques comme pour toutes les autres, il faut être au moins deux.
 

Anne Dolhein