fbpx

Pour se protéger contre le terrorisme islamique, les Danois demandent toujours plus de caméras de surveillance

Danois terrorisme caméras surveillance
 
Confrontés comme la plupart des pays d’Europe occidentale à la montée de l’insécurité et du terrorisme dans un contexte d’immigration massive et d’islamisation de la société, les Danois sont désormais prêts à sacrifier leur intimité sur l’autel de la sécurité. Selon un sondage YouGov pour le groupe médiatique BTMX, 60 % des Danois souhaitent un accroissement du nombre de caméras de surveillance dans les lieux publics, alors qu’il y en a déjà environ 500.000 dans tout le pays. Seules 15 % des personnes interrogées voudraient moins de caméras. Tels sont les chiffres publiés dans le quotidien MetroXpress et repris par l’édition danoise du site d’information anglophone The Local.
 

Les nationaux-conservateurs veulent plus de caméras de surveillance

 
Pour le porte-parole du Parti populaire danois (national-conservateur, opposé à l’immigration de masse) interrogé par MetroXpress, ce sondage renforce les arguments de son parti favorable à une plus grande utilisation de la vidéosurveillance. Son homologue dans le parti de centre-droit Alliance libérale (membre de la coalition gouvernementale sous l’égide du premier ministre Lars Rasmussen), considère qu’il s’agit là du dilemme classique entre sécurité et respect des libertés et de la vie privée des citoyens. « Je pense que c’est un droit fondamental pour un citoyen au Danemark que de pouvoir se déplacer sans qu’on lui regarde tout le temps par-dessus l’épaule », soutient la représentante de l’Alliance libérale. Ce à quoi le porte-parole du Parti populaire danois rétorque qu’être victime d’un acte criminel est aussi une très grave atteinte à la liberté individuelle.
 

Entre terrorisme islamique et hausse des crimes et délits

 
L’islam radical et le risque terroriste qui l’accompagne ne sont pas seuls en cause puisque le Danemark subit aussi une très forte hausse du nombre de crimes et délits commis par des étrangers, pas tous extra-européens.
 

Il n’y a pas que les caméras de surveillance pour surveiller les Danois

 
Il y a un an, le gouvernement de Lars Rasmussen abandonnait son projet polémique de collecte des données détaillées sur l’utilisation d’Internet par les habitants du Danemark, mais c’était principalement pour une raison de coût. L’objectif était de faire enregistrer par les opérateurs de télécommunication chaque connexion de chaque utilisateur d’Internet. Après le recul du gouvernement, le ministre de la Justice a promis d’étudier d’autres méthodes de surveillance moins onéreuses.
 
Il semblerait donc que la permissivité de nos sociétés occidentales libertaires nous entraîne vers un modèle de société ou chaque citoyen sera surveillé de très près par un État omniprésent…
 

Olivier Bault