fbpx

Dimitri Medvedev affirme que les relations entre la Russie et l’OTAN sont aussi mauvaises qu’au temps de la Guerre froide

C’est ce qu’il a déclaré lors de la Conférence de sécurité de Münich, accusant les pays atlantistes de mener une politique « inamicale et non transparente ». Alors que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, venait d’appeler à renforcer encore les défenses au flanc occidental de la Russie, le Premier ministre russe a déclaré que la pire menace qui frappe aussi bien son pays que ceux de l’OTAN est celui du terrorisme. Il a également juré que la Russie ne s’en prenait pas à des cibles civiles dans sa lutte contre l’Etat islamique, invitant l’Occident et notamment les Etats-Unis à « coopérer » avec elle pour sauvegarder l’unité syrienne.
 
Plaidant pour le maintien de la zone Schengen, il a déclaré que la Russie est « prête à apporter son aide face aux défis de la crise des migrants, y compris en prenant part à la normalisation de la situation dans les zones de conflit d’où viennent la majorité des réfugiés ».
 
Bref, la Russie veut apparaître comme la solution à tous les problèmes de l’Europe.