fbpx

Ebola, la rougeole : c’est la faute au changement climatique !

Plusieurs études ont montré que dans l’Arctique comme dans les zones tropicales, les parasites menacés par des changements d’habitat ont une parade : ils changent d’espèce à parasiter.
Les modifications d’habitat sont la résultante de la progression des zones habitées par l’homme, et – vous l’avez deviné – du changement climatique.