fbpx

Les Etats-Unis surveillaient la Corée du Nord depuis 2010

Fin 2014, les serveurs de Sony Pictures ont été piratés et les Américains ont très rapidement accusé Pyongyang d’être l’auteur de cette attaque.
Les certitudes de l’administration d’Obama s’expliquent désormais facilement : selon le New York Times, depuis 2010 la NSA infiltrait les réseaux informatiques nord-coréens, avec l’appui de la Corée du Sud, par l’intermédiaire de réseaux chinois et de connexions malaisiennes.
Initialement conçu pour recueillir des informations sur le programme nucléaire de la Corée du Nord, le programme-espion américain a finalement servi à surveiller d’éventuelles attaques informatiques, à la suite de celles menées contre des banques sud-coréennes en 2013.
Pendant deux mois, les pirates de la Corée du Nord ont cartographié le réseau informatique de Sony avant de mener leur attaque, considérée par le FBI comme la plus importante jamais subie par les Etats-Unis.
Une question demeure : à quoi sert cette surveillance si elle n’est pas capable de prévoir l’importance d’une attaque ?