fbpx

Euthanasier Vincent Lambert pour… respecter les droits de l’homme

Euthanasier Vincent Lambert droits homme
 
Tel est le cri d’alarme – ou l’ultimatum, ça dépend des lignes – lancé par François Lambert, son neveu, mardi, dans les colonnes du Parisien. Euthanasier Vincent Lambert parce qu’autrement, il y aurait, du fait de ce qu’il désigne comme un acharnement thérapeutique, une « menace sur les droits de l’homme ».
 

Le temps indigne

 
François Lambert n’admet pas ces tergiversations, alors que, pour lui, la cause est entendue. Sur le fond, parce qu’il le fait pour Vincent, pour sa dignité. Et en pratique, parce qu’il sait (par science infuse, sans doute) que ses grands-parents – qu’il n’appelle jamais ainsi dans cet entretien : ce sont « les parents de Vincent » – vont perdre et qu’ils le savent : « Il n’y a aucune chance pour que la Cour dise qu’il faut laisser Vincent branché. »
 

L’appel à l’Etat et aux droits de l’homme

 
Alors ? Alors il en appelle à l’Etat :
« Mon seul espoir, dit-il, est que la France, qui s’enorgueillit d’être le pays des droits de l’homme, dise à la Cour : “Moi, je vais prendre mes responsabilités. J’ai signé une convention et, en débranchant Vincent, je la respecte.” Il faut mettre la Cour au pied du mur. Elle condamne régulièrement des Etats, car leur système judiciaire est trop lent ; or nous sommes exactement dans la même situation. »
 

Questions de dignité

 
Pour la dignité de Vincent… En quoi est-il indigne d’être tétraplégique ? En quoi est-il plus indigne d’être tétraplégique en 2014 que le 29 septembre 2008, jour où Vincent a eu son accident ? On ne le saura pas.
Vincent Lambert ne peut dire ce qu’il en pense. Mais on ne voit pas en quoi cet homme se sentirait plus indigne qu’à l’époque où on lui donnait des autorisations de sorties ! La lassitude est ailleurs…
Le laisser mourir, le faire mourir parce que sa vie ne vaut pas la peine d’être vécue ; parce que sa vie ne connaîtra plus, désormais, d’amélioration – qu’en savent-ils ? Mais avec des arguments comme cela, on pourrait laisser mourir pas mal de gens. Pas mal de malades. Pas mal de vieillards.
Serait-ce le but recherché ?