fbpx

Un film sur la vraie histoire de l’avortement, « Roe v. Wade », voit des acteurs et des techniciens quitter le projet…

Film avortement acteurs Roe Wade
 
Après avoir été l’arrêté célèbre qui ouvrit la porte à la légalisation de l’avortement aux États-Unis, « Roe v. Wade » est aujourd’hui un film, réalisé par le producteur Nick Loeb et Cathy Allyn. Tourné jusque-là en secret, parfois sous un faux titre pour éviter les bâtons dans les roues, le film essuie à présent les pires ennuis et fait face à une opposition de plus en plus intense, depuis que la perspective pro-vie en a été révélée. Certains de ses acteurs ou de ses techniciens ont claqué la porte, surpris et furieux par la perspective qu’ils découvraient.
 
Et pourtant, Nick Loeb a choisi de montrer les choses telles qu’elles se sont vraiment déroulées. « C’est un film de guerre sociale où nous prenons les deux côtés de l’argument et nous espérons laisser le public décider. » Il sera sur les écrans en 2019.
 

« Roe v. Wade » : enfin un récit équilibré sur l’affaire américaine de l’avortement

 
Ce film de 6,5 millions de dollars, financé indépendamment, veut offrir une histoire équilibrée sur l’affaire de l’avortement, telle qu’elle a été menée aux États-Unis, loin de l’officielle qui a pignon sur rue depuis 45 ans. Nick Loeb et Cathy Allyn ont travaillé sur les sources originelles, transcriptions d’audiences, entrevues, lettres, et discours, qui fournissent environ 50 % du dialogue.
 
« Plus je lisais à ce sujet, plus je pensais à un film sur une conspiration dans le genre de JFK » a dit Loeb. « J’ai été confronté à des théories du complot, des fausses nouvelles, des statistiques inventées ; beaucoup de gens ont changé leur position de pro-choix à pro-vie, y compris Norma ». Norma McCorvey, alias « Jane Roe », la jeune femme qui fut à l’origine de cet arrêt si controversé et qui devint, par la suite, une fervente opposante à l’avortement, convertie au catholicisme…
 
« » Roe v. Wade » est l’histoire inédite de la façon dont les gens ont menti, dont les médias ont menti, dont les tribunaux ont été manipulés pour adopter une loi qui a tué plus de 60 millions d’Américains ».
 

Ces acteurs qui cèdent au politiquement correct et quittent le film

 
Et on ne le fait pas sans risques. Pour protéger les débuts du tournage dans le secteur de la Nouvelle-Orléans, peu d’éléments en ont été dévoilés, même aux acteurs ou à l’équipe du tournage. Loeb et Allyn sont allés jusqu’à prendre un autre titre pour préserver leurs lieux de tournage. La production se révèle un défi permanent.
 
De ce côté-ci de la barrière, l’engagement ne passe pas, surtout à Hollywood – la participation vaut complicité. Y jouent bien des stars conservatrices comme Jon Voight, Robert Davi et Stacey Dash. « La moitié du casting est pro-vie et la moitié des investisseurs dans le film sont pro-vie » a déclaré Nick Loeb. Mais d’autres penchaient à l’opposé et beaucoup d’entre eux sont partis sans coup férir, comme il l’a rapporté au Hollywood Reporter. Une électricienne l’a violemment pris à parti, jetant son casque sur le sol, avant de quitter le plateau.
 
« Nous avons dû remplacer trois acteurs locaux, dont un qui devait jouer Norma McCorvey, alors même qu’elle avait supplié pour avoir le rôle » ! Et l’Université de l’État de Louisiane est revenue sur son autorisation de filmer sur leur campus, quand le journal universitaire a déclaré que le projet était pro-vie… Même Facebook s’y est mis en bloquant une campagne de fonds sur la page du film !
 
« Le fait que nous révélions la vérité derrière le mouvement [pro-choix] dérange la gauche »
– la gauche et la droite molle, un bel et large spectre ! Dans une bande annonce du film, Nick Loeb n’a pas hésité à faire apparaître Alveda King, nièce du révérend Martin Luther King et l’un des producteurs exécutifs du film, disant cette vérité qui n’est jamais audible par le politiquement correct : « L’avortement est le premier tueur d’Afro-Américains aux États-Unis ».
 

« Le fait que nous révélions la vérité dérange la gauche »

 
Pour Nick Loeb, la sortie du film est particulièrement pertinente, à l’heure où le retrait imminent du juge de la Cour Suprême Anthony Kennedy (qui a annoncé sa retraite le 27 juin dernier) donne à Trump une occasion inespérée de nominer un juge pro-vie – qui pourrait renverser l’arrêt Roe v. Wade.
 
Peut-être même, selon ses réalisateurs, que le message du film pourrait avoir une influence positive en la matière.
 
Quoiqu’il en soit, disait Loeb au Hollywood Reporter, « C’est l’une des décisions politiques les plus controversées de l’histoire. Elle nous divise et nous met mal à l’aise. » Il fallait rétablir la vérité – salutaire entreprise.
 
Clémentine Jallais