fbpx

Grande-Synthe : l’Etat pris au piège de la transition énergétique. Exprès ?

Grande Synthe Etat Pris Piege Transition Energetique Expres
 
Le maire de Grande-Synthe dans le Nord attaque l’Etat parce que celui-ci ne tient pas ses engagements en matière de transition énergétique. A force de seriner la fable du réchauffement climatique pour manipuler le citoyen, l’Etat se prend au piège. Exprès. Ca justifie sa raideur fiscale.
 
La transition énergétique est une foutaise. Les lecteurs de reinformation.tv le savent surabondamment. Pour deux raisons conjuguées : l’activité humaine (y compris « l’empreinte carbone ») n’a qu’une incidence marginale sur le climat, et le « changement de vie » qu’on demande aux Français ne réduira pas sensiblement les émissions de CO2. Deux calculs le montrent. Comparer l’énergie du soleil à celle de la Ruhr. Comparer les émissions de notre parc automobile à celles des navires et des avions. Et même si, pour quelque raison que ce soit, on veut réduire les émissions de dioxyde de carbone, la mutation industrielle à laquelle on donne le nom de transition énergétique est une sottise et une tromperie : elle augmente ce qu’elle prétend réduire, un récent article dans l’Express le rappelle.
 

La transition énergétique, foutaise devenue dogme

 
Mais cette foutaise est un dogme. BFMTV nous l’assure, même les gilets jaunes ne le remettent pas en cause. Notre vie doit être réglée demain par la religion verte. Notre politique, nos mœurs de tous les jours. Nous devons cela à nos enfants, à la Terre qui nous fait vivre.
 
Telle est le mantra que nos médias d’Etat ressassent vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour nous rendre demandeurs de la révolution mondialiste qu’ils nous imposent. Or, tel est pris qui croyait pendre, l’Etat se trouve pris aujourd’hui dans le piège qu’il tendait. Assisté de Corinne Lepage, le maire EELV de Grande-Synthe vient de déposer un recours contre l’Etat français pour non-respect de ses engagements en matière de transition énergétique visant à empêcher le réchauffement, pour « inaction climatique », selon les mots du Parisien. Motif : « Nos émissions de gaz à effet de serre sont en constante augmentation depuis 2015 » et cela « met en danger la ville » de Grande-Synthe. Le recours est gracieux pour l’instant mais le maire de Grande-Synthe n’exclut pas de passer au contentieux si l’Etat ne fait rien.
 

A Grande-Synthe, l’Etat s’est pris au piège tout seul. Exprès ?

 
C’est l’arroseur arrosé. Une fable politique destinée à tromper le peuple pour mieux le tyranniser se retourne contre l’Etat. A la manœuvre, Corinne Lepage, ancien ministre de l’écologie, avocate agitatrice amatrice de buzz, qui s’est illustrée naguère dans l’affaire du Signal, immeuble menacé par l’érosion marine à Soulac sur mer, où ses malheureux clients ont perdu de l’argent. 
 
Tout cela fait du bruit autour de la transition énergétique, c’est le but, et l’Etat est bien content d’être pris au piège, il y tombe exprès : ainsi peut-il justifier sa raideur injustifiable sur la taxe carbone : puisque le maire de Grande-Synthe me trouve trop laxiste, je dois vous matraquer, c’est pour la bonne cause, les transitions sont toujours pénibles, mais nous roulons vers un monde meilleur. Quant au maire, il s’est fait de la pub, et ça évite de parler du véritable danger local, l’immigration.
 

Pauline Mille