fbpx

Hausse des émissions de CFC-11 : la Chine coupable

Hausse émissions CFC 11 Chine coupable
 
L’Agence d’investigation environnementale, entité indépendante, attribue à la Chine une montée inattendue des émissions de gaz CFC-11 réputés dangereux pour la couche d’ozone et sous le coup d’une interdiction mondiale depuis 2010. L’agence désigne particulièrement huit usines en Chine comme sources primaires de ces émissions.
 
A la suite de la publication de cette étude par la revue Nature au mois de mai, l’agence de l’ONU pour l’environnement a qualifié la production illégale de CFC-11 de « crime environnemental », se refusant pourtant à accuser la seule Chine et encore moins ses autorités, car selon les Nations unies, le problème est plus large et pourrait appeler d’autres explications scientifiques. Son communiqué annonce notamment une « étroite collaboration avec la Chine, en vue d’assurer que toute activité illégale décelée à ce jour soit stoppée et fasse l’objet d’enquêtes ».
 
Quoi qu’il en soit du sérieux de ses allégations, le double rôle de la Chine, à la fois portée aux nues sur le plan global pour son engagement écologique et prise sur le fait de contravention aux règles écologiques internationales, est ici le fait intéressant.