fbpx

Israël bloque la « Flotille de la Liberté »

Israël bloque la « Flotille de la Liberté »
 
Dans la nuit de dimanche à lundi, les autorités israéliennes ont annoncé avoir intercepté une flotille de plusieurs navires de militants pro-palestiniens, parmi lesquels le député arabe israélien Bassel Ghattas et l’ancien président tunisien Moncef Marzouki, et dénommée « Flotille de la Liberté », qui tentait d’atteindre la bande de Gaza afin d’en briser le blocus mis en place par Israël. « Cette flotille n’est rien d’autre qu’une démonstration d’hypocrisie et de mensonges », a déclaré le premier ministre Benjamin Netanyahou pour justifier l’opération menée par les forces armées de Tsahal.
 
Des militaires de la marine israélienne sont donc montés à bord du navire de tête, alors qu’il se trouvait encore dans les eaux internationales, et ont procédé à une fouille sans violence, selon un communiqué de l’armée israélienne. Le bateau a ensuite été contraint d’accoster au port d’Ashdod. Un porte-parole militaire a précisé que le bateau était le navire suédois Marianne de Göteborg.
 

Israël bloque la « Flotille de la Liberté »

 
Le communiqué précise encore : « Après avoir épuisé toutes les voies diplomatiques, le gouvernement israélien a ordonné la marine israélienne de rediriger le navire afin de prévenir la violation du blocus naval. (…) Conformément au droit international, la marine israélienne a avisé le navire plusieurs fois pour qu’il change de cap. Suite à son refus, Tsahal a accosté et fouillé le navire dans les eaux internationales (…) »
 
Pour sa part, le chef du gouvernement israélien a dénoncé une initiative qui « ne fait qu’aider l’organisation Hamas ». Une idée que les autorités israéliennes soutiennent depuis longtemps, et qui avait été précisé quelques heures plus tôt au moyen d’une lettre ouverte adressée à la flotille. « Il semble que vous ayez dévié de votre trajectoire initiale, affirmait-elle. Peut-être que vous aviez l’intention d’appareiller pour la Syrie, où le régime d’Assad est en train de perpétrer le massacre de son propre peuple, avec le soutien du régime meurtrier iranien. (…) En Israël, nous sommes confrontés au Hamas qui attaque des civils innocents. C’est contre ces tentatives meurtrières que nous défendons les citoyens israéliens en conformité avec le droit international. »
 

Humanitaire contre blocus

 
De son côté, l’ONG pro-palestinienne International Solidarity Movement (ISM) explique, dans un autre communiqué, que ces navires, avec à leur bord une cinquantaine de militants de dix-sept pays, avaient pris la mer samedi depuis la Crète. A leur bord des panneaux solaires, dans le but de résoudre les problèmes d’électricité dans la bande de Gaza, et du matériel médical.
 
Cette opération n’est pas une première, et porte d’ailleurs le numéro III. Plusieurs bâtiments ont ainsi été affrétés ces dernières années pour tenter de percer le blocus mis en place depuis neuf ans par Israël contre la bande de Gaza.
 

François le Luc