fbpx

Le Japon lève l’ordre d’évacuation de Naraha, à 30 km de Fukushima, et redémarre l’un de ses réacteurs nucléaires

 Japon Fukushima redémarre réacteurs nucléaires lève ordre évacuation Naraha
 
Le gouvernement japonais a annoncé lundi aux autorités locales qu’il comptait lever l’ordre d’évacuation de la localité de Naraha, à 30 kilomètres du site nucléaire de Fukushima, le 5 septembre prochain. La ville avait été totalement désertée après l’accident nucléaire de mars 2011, mais les 7.400 habitants de Naraha pourront rapidement regagner leur domicile et y rester. Les déplacés auront jusqu’à mars 2017 pour quitter les camps et regagner leurs maisons.
Naraha sera donc la première des sept villes évacuées après l’accident nucléaire de Fukushima à voir revenir ses habitants. Le gouvernement japonais a précisé qu’il s’agissait d’une décision prise pour accélérer la renaissance de la ville, quatre ans après l’accident de Fukushima, et qu’elle ne désirait pas attendre plus longtemps alors que l’installation était désormais possible.
 

Ordre d’évacuation levé : les habitants de Naraha pourront se réinstaller quatre ans après l’accident de Fukushima

 
Les autorités ont annoncé que le niveau d’exposition à la radioactivité est revenu à un niveau inférieur à 20 millisieverts par an, et que la population peut donc y revivre normalement, même si le gouvernement précise qu’une décontamination n’est jamais parfaite. En comparaison, il s’agit du seuil maximal autorisé aux abords des centrales nucléaires françaises, et c’est la raison pour laquelle certaines organisations écologistes comme Greepeace ont, sans surprise, jugé cette décision « inacceptable ».
 
La compagnie japonaise Kyushu Electric Power a par ailleurs annoncé mardi le début des opérations de chargement en combustible de son réacteur nucléaire Sendai 1. La remise en service de ce dernier est donc prévue pour le mois d’août, une première depuis l’accident nucléaire de Fukushima, survenu en mars 2011.
 

Le Japon prêt à redémarrer un réacteur nucléaire en août, et quatre autres dans les semaines suivantes

 
Avant l’accident de Fukushima, le Japon comptait 54 réacteurs nucléaires qui assuraient le quart de la production électrique du pays : il était donc temps pour les autorités japonaises de redémarrer progressivement certaines installations, après avoir été contraintes de mettre en sommeil l’ensemble de leur parc nucléaire.
 
L’entreprise Kyushu Electric Power espère que la remise en service du réacteur numéro 2 se fera dans les quinze jours. Au total, cinq réacteurs pourraient être réactivés prochainement : trois autres unités ont également été jugées conformes aux nouvelles normes de sûreté décrétées après le tsunami.
 
Les décisions sont rapides et prouvent donc que la « catastrophe » de Fukushima avait été largement exagérée, au moins dans son traitement médiatique international. Il a été l’occasion de justifier la fermeture progressive de nos centrales, tandis que le Japon pense déjà à réactiver les siennes.
 

Béatrice Romée