fbpx

Grande-Bretagne – Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste (Labour), rattrapé par son soutien passé à la cause de l’IRA en Irlande du Nord

Jeremy Corbyn soutien IRA Irlande Nord

Diane Abbott et Jeremy Corbyn


 
D’après ce qui a été établi par une enquête du Telegraph, Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste (Labour), a suscité l’intérêt du service de renseignement intérieur britannique MI5 au début des années 90 du fait de son engagement en faveur de la cause républicaine en Irlande du Nord et de certains terroristes de l’IRA. Pire encore, d’après le journal, Jeremy Corbyn a entretenu dans le passé des liens directs avec des terroristes de l’IRA et a même publié des articles avec un tueur de l’organisation terroriste républicaine irlandaise. Lord Norman Tebbit, qui était secrétaire d’État au commerce et à l’Industrie dans le gouvernement de Margaret Thatcher, a été blessé avec sa femme (qui se déplace depuis dans un fauteuil roulant) en 1984 dans l’attentat à la bombe de Brighton visant la Dame de fer. De Jeremy Corbyn, il a dit au Telegraph : « Je pense que cela le dévoile tel qu’il est vraiment : un marxiste de la gauche dure, sympathisant des terroristes. Cela lui permet d’être très à l’aise en compagnie de McDonnell qui, comme nous le savons, a dit qu’ils prendraient le pouvoir non pas par le Parlement mais par la rue et les piquets de grève. »
 

Plusieurs ministres soutiens de l’IRA dans le cabinet fantôme du Parti travailliste (Labour)

 
John McDonnell est le chancelier de l’Échiquier (ministre des Finances) du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, accusé lui aussi de sympathies passées pour l’IRA. Diane Abbott, le futur ministre de l’Intérieur désigné par Jeremy Corbyn si son parti devait remporter les élections du 8 juin prochain, a elle aussi exprimé son soutien à l’IRA. C’était en 1984 dans une interview donnée à un journal favorable à la cause républicaine en Irlande du Nord. Née à Londres de parents jamaïcains, la ministre de l’Intérieur du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn avait alors aussi affirmé souhaiter une défaite de l’État britannique en Irlande du Nord et ne pas se sentir elle-même britannique.
 

Jeremy Corbyn refuse de condamner spécifiquement le terrorisme de l’IRA en Irlande du Nord et en Grande-Bretagne

 
Interrogé par une journaliste de Sky News, le chef des Travaillistes a refusé à 6 reprises de condamner spécifiquement le terrorisme de l’IRA, préférant condamner toutes les bombes et toutes les violences, qu’elles aient été le fait des républicains, des loyalistes ou des forces de sécurité britanniques en Irlande du Nord. Face aux accusations de connivences et de soutien au terrorisme, Jeremy Corbyn assure avoir parlé aux différentes parties du conflit nord-irlandais et avoir ainsi contribué à rendre possible l’accord de paix pour l’Irlande du Nord signé en 1998.
 

Olivier Bault