fbpx

Pologne : Jaroslaw Kaczynski relance les soupçons sur la mort de son frère Lech il y a six ans dans un crash aérien

Kaczynski crash Pologne soupçons enquête

Varsovie, dimanche 10 avril 2016 au Palais présidentiel : Jaroslaw Kaczynski, chef du PiS, dépose une couronne devant le portrait de son frère jumeau, l’ancien président Lech Kaczynski, et son épouse Maria Kaczynska.


 
« Le gouvernement précédent est responsable, au moins moralement, de cette tragédie », vient de déclarer Jaroslaw Kaczynski, relançant les soupçons autour du crash qui tua son frère jumeau, l’ex-président de Pologne Lech Kaczynski, parmi 95 autres victimes.
 
Leader du parti conservateur Droit et Justice (le PiS) qui a remporté les élections d’octobre, il rejette les conclusions du gouvernement précédent qui laissaient entendre qu’une erreur de pilotage, associée à un mauvais temps et à une mauvaise gestion du contrôle aérien, étaient responsables du crash qui coûta la vie à de nombreux responsables polonais, dont le responsable du personnel militaire et celui de la Banque centrale. Il s’agissait d’une délégation importante se rendant à la commémoration du massacre dans la forêt russe de Katyn de milliers d’officiers polonais par la police soviétique en 1940, un massacre nié par le Kremlin jusqu’en 1990
 

Pour la nouvelle commission d’enquête, le crash aérien a été commandité

 
Pour le responsable de la nouvelle commission d’enquête Waclaw Berczynski, le Tupolev 154 a explosé en vol : « Nous pouvons affirmer avec une grande probabilité, une quasi-certitude, que l’avion s’est disloqué en vol », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire catholique Gosc Niedzielny. Une théorie que les experts de l’ancien gouvernement du premier ministre d’alors Donald Tusk et les enquêteurs russes ont écartée.
 
La nouvelle commission n’a pas demandé que les corps soient exhumés pour de nouvelles autopsies, n’ayant pas confiance en celles pratiquées à l’époque par les Russes. Le but est de rechercher les coupables.
 
Les dirigeants du PiS ont accusé Tusk d’avoir une responsabilité dans ce désastre tout comme Vladimir Poutine, longtemps perçu comme un ennemi de la Pologne par la droite polonaise. Ils veulent un procès impliquant Tusk.
 

L’ex-premier ministre Donald Tusk soupçonné dans l’affaire du crash ayant tué Lech Kaczynski

 
Il y a six ans, le refus de la Russie de fournir l’épave et les boîtes noires de l’appareil à la Pologne n’a fait qu’alimenter les rumeurs qu’elle avait quelque chose à cacher.
 
Les cérémonies commémorant l’anniversaire de ce crash, des prières et une messe spéciale ont eu lieu en Pologne dimanche marquées par une plus grande solennité que les fois précédentes. Pour la première fois, la présence d’une garde militaire face au palais présidentiel était visible. Et une couronne fut déposée à 8 h 41 précises (heure de l’accident) par Jaroslaw Kaczynski devant un portrait de l’ancien couple présidentiel. Le président Andrzej Duda a dévoilé une plaque portant l’inscription :  « Nous devons aux victimes de faire la lumière sur les causes du désastre. »
 
Kaczynski crash Pologne soupçons enquête
 
https://www.yahoo.com/news/poland-honors-president-other-plane-crash-victims-171540504.html?nhp=1
 
https://www.yahoo.com/news/polish-questions-presidential-jet-crash-six-years-183826318.html?nhp=1