fbpx

DRAME HISTORIQUE
Le fondateur ♥♥♥


 
Le fondateur est celui de McDonald’s, la célèbre chaîne états-unienne de restauration rapide. Il s’agit d’une biographie ou biopic de ce fondateur, un certain M. Ray Kroc, peut-être connu dans son pays, patron-vedette en son temps, mais il faut bien le reconnaître, totalement inconnu en France. Ray Kroc est largement un usurpateur, puisqu’il n’a pas fondé le concept du McDonald’s, inventé par les frères McDonald’s en Californie dans les années 1950. Il a capté à son profit cette invention, de manière légale ou légalisée.
 
De façon totalement inattendue, le film est un drame historique très réussi. La reconstitution de l’époque est excellente. Elle passionne, même pour qui n’éprouve pas a priori un intérêt vif pour la chaîne McDonald’s et sa genèse. Il reste un fait central, elle a effectivement révolutionné la restauration rapide. Est bien expliqué le fordisme appliqué aux cuisines inventé par les frères McDonald’s. Ainsi sont appliquées la rationalisation des tâches, avec un minimum de gestes chronométrés et de déplacements dans les cuisines, la production de produits simples, standardisés, peu nombreux –trois fondamentaux, un hamburger, des frites, un soda – à des prix modiques pour le client. La qualité est régulièrement contrôlée, afin de proposer un produit irréprochable. La principale révolution perçue à l’époque est celle de l’effondrement du délai d’attente entre la commande est sa réception, réduite à un idéal de 30 secondes : les hamburgers et les frites sont cuisinés avant la commande, mais ne doivent pas arriver trop tôt non plus, sous peine d’être vendus froids, ce qui est hors de question.
 

Le fondateur présente avec talent un moment significatif d’histoire culturelle

 
M. Kroc, et c’est l’audace de ce biopic de ne pas être une hagiographique, est un personnage au fond antipathique. Réussir dans les affaires serait comme gagner une guerre, et les gens gentils ne gagnent pas les guerres, selon sa philosophie personnelle exposée et probablement authentique. Il a fait preuve d’une énergie, d’une détermination sans faille. Il a compris le potentiel exceptionnel du McDonald’s, la chance de sa vie, après un grand nombre d’échecs. Dans sa vie privée, il n’a pas été exemplaire non plus, guère croyant et mauvais mari. Quant aux personnages secondaires, ils possèdent une existence et un développement propres dans le film, composant une fresque cohérente. Les inévitables allusions au destin futur de tel ou tel futur patron de McDonald’s restent légères, et celui qui ne les saisit pas ne s’ennuie pas, et ne perd pas le propos central de vue.
 
Le fondateur présente avec talent un moment significatif d’histoire culturelle. On ne fera évidemment pas pour autant de McDonald’s un idéal gastronomique, ce qu’il n’a du reste jamais prétendu être, bien entendu.
 

Hector JOVIEN

 
Le fondateur drame historique film