fbpx

Superstition et spiritualité païenne : Louis Vuitton a fait appel à un chaman pour obtenir le beau temps lors d’un défilé

Louis Vuitton chaman beau temps défilé Superstition spiritualité paienne
 
Pour le magazine Vogue (sponsor et co-organisateur de l’exposition sacrilège d’ornements liturgiques au Metropolitan Museum de New York), il n’y a pas cinquante mille explications au fait qu’il n’ait pas plu au défilé Louis Vuitton le 28 mai dernier, organisé en plein air à la Fondation Maeght, sur la Côte d’Azur. La pluie s’est arrêtée pile une heure « alors que toute la France était sous l’eau », s’émerveille le magazine féminin. Et tout ça, grâce à un chaman, assure Vogue, engagé par la société de luxe pour « protéger » la présentation de la nouvelle collection de Nicolas Ghesquière. Qui a dit que la superstition n’a plus sa place en notre XXIe siècle rationaliste ? Les sceptiques ont tout faux : la spiritualité est bel et bien de retour, mais dans sa version païenne et immanentiste. On ne prie plus pour avoir du beau temps en implorant le Créateur, on agit ou l’on croit agir sur les forces de la Terre-Mère en invoquant les esprits.
 
Invoquer les esprits – activité la plus dangereuse qui soit puisque c’est une véritable invitation aux forces de l’enfer – est en passe de devenir la norme dans la jet-set. Cette pratique favorisée par la littérature pour enfants et adolescents – pensez à Harry Potter – est ainsi médiatisée par les plus riches et les plus en vue. Faire appel à des médiums pour favoriser ses propres entreprises, c’est tendance. Nul ne se moquera de vous parce que vous croyez en des forces invisibles, surnaturelles – à condition de ne pas faire appel au Dieu Un et Trine, créateur de toutes choses.
 

Louis Vuitton a son chaman pour s’assurer du beau temps lors des défilés en plein air

 
Le chaman de Louis Vuitton – on l’imagine grassement payé – a collaboré avec cette firme d’exception au moins depuis 2016. Amérindien, c’est lui qui aurait bloqué le mauvais temps qui menaçait le défilé organisé par le couturier à Rio de Janeiro sur le site du musée d’Art moderne d’Oscar Niemeyer, nous apprend la presse féminine. Cette fois-là, c’est Elle qui saluait la présence du pseudo-mystique : « Le sorcier a réussi : alors que le mauvais temps menaçait toute la semaine, le ciel était merveilleusement dégagé ce samedi. » Admettons que le chaman ait su être efficace : cela voudrait dire que le défilé des Barbies androgynes et sans âme alignées par Ghesquière convenait aux esprits. Mauvais…
 
Selon le site people PageSix.com les relations entre Louis Vuitton et le chaman n’ont pas été invariablement au beau fixe depuis lors. Certains responsables de la société, peu convaincus de l’utilité de son travail, ont fini par le dégager l’an dernier pour cause de poids trop lourd sur le budget de l’entreprise. C’est le flop d’un défilé en extérieur, organisé il y a une dizaine de jours par Dior à Chantilly, pour cause de pluie diluvienne qui a imposé le retour du gourou. Celui-ci a donc de nouveau pu faire gonfler son compte en banque en « embrassant quelques arbres » sur le site du défilé, s’il faut en croire la styliste Kate Young.
 
Un bref coup d’œil sur les créations portées par les top-models laisse penser que le thème du chamanisme ne se réduisait pas au seul « sorcier » : leurs lignes fluides, façon druide, semblaient bien inspirées des vêtures à notes animales du chaman ordinaire.
 

La superstition et la spiritualité païenne sont de mise dans la jet-set

 
Louis Vuitton n’est pas le seul client de ce chaman de luxe. D’après Vogue, il est aussi le médium préféré de Meghan Markle, et responsable, donc, du beau temps pour son mariage avec le prince Harry. Il présiderait également à la météo des Jeux Olympiques. Question : les sportifs savent-ils que les organisateurs de leurs rencontres passent sous les fourches caudines des idoles païennes ? Autre question : qu’en est-il de la Coupe du monde de football, des matches à Roland-Garros, des garden-parties des reines ou des présidents ?
 
Pour Vogue, les questions ne se posent pas en ces termes. Le magazine s’intéresse juste aux forces en présence. Si la « météo fut plutôt mauvaise » lors du rendez-vous Vuitton à Saint-Paul-de-Vence, malgré la fenêtre de temps sec pendant le défilé, c’est « toujours selon les rumeurs » en raison d’un « choc chamanique, Gucci ayant aussi son propre chaman, cette fois-ci vaudou ». Charmant !
 

Jeanne Smits