fbpx

Sadiq Khan, premier maire musulman de Londres jeudi ?

Maire Londres Sadiq Kahn musulman

Sadiq Khan, ce musulman qui pourrait devenir maire de Londres.


 
Les Londoniens vont devoir élire jeudi leur nouveau maire en remplacement du sortant Boris Johnson, et le favori dans les sondages est représentatif de l’évolution de la ville puisqu’il s’agit d’un musulman : Sadiq Khan. M. Khan, 45 ans, est membre du Labour, parti actuellement aux prises avec un scandale d’antisémitisme qui touche jusqu’à son leader, Jeremy Corbyn. Il est natif de Londres, cinquième des sept enfants d’une famille d’immigrés pakistanais.
 
Zac Goldsmith, fils multimillionnaire de l’eurosceptique Sir James Goldsmith, concurrent conservateur de Khan, dénonce la proximité de ce dernier avec les extrémistes islamiques. Sadiq Khan, aujourd’hui crédité de 60 % des intentions de vote, est en effet connu pour ses prises de positions controversées sur le sujet. Mais cela ne semble guère modifier beaucoup les pronostics de l’élection.
 

Malgré ses prises de position islamistes et l’antisémitisme afférant, Sadik Khan reste favori

 
En tant que juriste, il conseilla en 2001 le groupe Nation of Islam (qui comprend plusieurs dizaines de milliers de membres aux USA). En 2005 et 2006, il rendit visite au prévenu Babar Ahmed accusé de terrorisme et de soutien aux Talibans. Sadiq Khan fit aussi campagne pour le rapatriement de Shaker Aamer, dernier détenu britannique à Guantanamo, qui revint en novembre au Royaume-Uni. On lui reproche aussi certains liens avec le groupe de partisans CAGE qui a décrit le bourreau de l’Etat islamique Mohammed Emwazi comme « un très beau jeune homme », et qui a soutenu Shaker Aamer et Babar Ahmed.
 
Par ailleurs, le site web du parti conservateur fait référence à une lettre ouverte de Kahn paru il y a quelques années dans le Guardian, dans laquelle il accusait le gouvernement d’être responsable des actes terroristes survenus à Londres, en raison de sa politique étrangère. Les conservateurs lui reprochent aussi d’avoir défendu Zacarias Moussaoui qui a reconnu faire partie d’Al Qaïda ; d’avoir écrit dans le livre Actions contre la police un chapitre dans lequel il explique comment accuser celle-ci de racisme (police sur laquelle il aura autorité en devenant maire) ; sa défense de l’extrémiste Azzam Tamimi qui prédit les pires malheurs suite aux caricatures de Mahomet (Khan parla d’un langage « fleuri »), sa collaboration avec Suliman Gani, imam du sud de Londres qui prêche l’asservissement des femmes et appelle à l’avènement d’un Etat islamique.
 

Le premier maire musulman de Londres, c’est pour demain ?

 
Toutes ces accusations, cependant, ne semblent guère avoir de répercussion sur les sondages et Londres, dont la population a radicalement changé en quelques décennies, peut donc s’attendre à se voir dirigée d’ici peu par son premier maire musulman. Celui-ci aura entre les mains la responsabilité d’une ville au budget de 16 milliards de livres, avec une police nombreuse, de multiples services et d’innombrables fonctionnaires, faisant de lui l’un des musulmans les plus puissants du monde occidental.
 

Patrick Neuville