fbpx

Mandat d’arrêt international de l’Espagne contre Netanyahu et six ministres d’Israël pour l’assaut contre la « flotte de la liberté » en 2010

Mandat arrêt international Netanyahu flotte liberté 2010

Le Mavi Marmara


 
Le juge espagnol Jose de la Mata a émis mardi un mandat d’arrêt international à l’encontre du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et de six autres anciens ministres de l’Etat hébreu, à la demande d’un militant espagnol qui se trouvait sur l’un des navires de la « flotte de la liberté » qui voulait forcer le blocus israélien de Gaza en 2010.
 
En mai 2010, six navires de la « flotte de la liberté » quittaient les côtes turques pour rejoindre Gaza à la barbe d’Israël qui avait instauré un blocus afin d’empêcher toute livraison d’armes aux groupes palestiniens du Hamas. Si les cinq premières embarcations furent interceptées par les commandos de marines israéliens sans opposer la moindre résistance, la sixième tenta de se défendre. Une action armée à laquelle les commandos ripostèrent en ouvrant le feu, tuant neufs personnes sur le coup. Israël s’est défendu en arguant qu’il avait agi dans le cadre du droit international.
 

En Espagne, un juge émet un mandat d’arrêt international en relation avec l’assaut d’Israël contre la « flotte de la liberté » en 2010

 
L’incident provoqua un tollé international, notamment en raison de l’emplacement où il eut lieu. L’assaut s’était déroulé dans les eaux internationales, à 150 km du blocus. En outre, l’autopsie des corps avaient révélé des détails morbides : les victimes étaient criblées de balles, certaines abattues à bout portant. Un rapport des Nations unies à ce sujet a virulemment critiqué l’ordre d’offensive si loin du blocus et sans sommation aucune.
 
Pour autant à l’époque, le Tribunal pénal international avait renoncé à poursuivre Israël. Pour sa part, le Royaume Uni avait fait pression sur les juges afin qu’ils ne donnent pas suite aux demandes d’édition de mandat d’arrêt que les organisateurs de la « flotte de la liberté » avaient déposées.
 

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu et six ministres visés

 
Hasard du calendrier ? Le vent a tourné au lendemain des attentats qui ont touché Paris, avec la décision prise par un juge espagnol. Si Netanyahu ou l’un des six autres ministres israélien venait à fouler le territoire ibérique, il serait aussitôt arrêté.
 
Parallèlement, la police sud-africaine a émis quatre mandats d’arrêt à l’encontre de quatre commandos impliqués dans l’assaut de la flotte et a établi une relation avec le bureau Interpol de Turquie. La Turquie pour sa part a également émis des mandats d’arrêt à l’encontre de ces quatre mêmes personnes en 2014.
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle