fbpx

Grosse mobilisation du mouvement anti-islamisation PEGIDA à Dresde en Allemagne ; un manifestant grièvement blessé

mobilisation islamisation PEDIGA Dresde Allemagne manifestant grièvement blessé
 
Lundi soir, plus de 20.000 Allemands ont répondu à l’appel de PEGIDA (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident), un mouvement opposé à l’islamisation de l’Europe et à la politique migratoire menée par le chancelier Angela Merkel. Il fêtait lundi soir son premier anniversaire dans la ville de Dresde. La première mobilisation du mouvement avait eu lieu au même endroit, le 20 octobre 2014. Le rassemblement a été marqué par une agression violente : une personne se rendant à la manifestations a été grièvement blessée, et un opposant a été interpellé à ce propos.
 
Depuis un an, les manifestants se retrouvent presque chaque semaine dans les rues de plusieurs villes allemandes pour dénoncer l’islamisation par les flux migratoires.
 
Selon les chiffres officiels donnés par la ville et par une université spécialisée dans les comptages, ils étaient plus de 20.000 dans les rues, soit deux fois plus que ces dernières semaines. Quelque 13.000 contre-manifestants s’étaient également mobilisés, séparés du cortège de PEGIDA par un millier de policiers dépêchés pour l’occasion.
 

Les partisans de PEGIDA dénoncent la politique d’Angela Merkel à Dresde et s’opposent à l’islamisation

 
« Résistance ! Résistance ! », ont scandé les partisans de PEGIDA ; et encore : « Nous sommes le peuple », ou « Merkel dehors, traître à la patrie ! » Depuis l’annonce de sa politique d’ouverture des frontières allemandes à des centaines de milliers de clandestins, elle est devenu la cible privilégiée des manifestants. Alors que diverses projections annoncent que l’Allemagne pourrait accueillir jusqu’à un million de « réfugiés » pour la seule année 2015, PEGIDA peut escompter une mobilisation de plus en plus importante.
 
Devant la foule, le responsable de PEGIDA, l’étrange Lutz Bachmann, ancien braqueur et trafiquant un temps mis à l’écart du mouvement, a qualifié Angela Merkel de « dictateur », en appelant Dresde – fief historique des mobilisations – à être le centre de la résistance à la politique du gouvernement allemand.
 
Le chancelier et plusieurs membres du gouvernement ont appelé les Allemands à ne pas se rendre aux manifestations, dénonçant la « haine » des organisateurs et des participants, alors même que les manifestations pacifiques n’ont jamais causé de problème.
 

Un manifestant grièvement blessé ; la mobilisation ne fléchit pas en Allemagne

 
Depuis quelques jours, plusieurs incendies criminels ont été déclenchés dans des centres d’accueil de réfugiés, et les autorités ont tenté d’imputer la responsabilité au mouvement. Sans succès apparemment ; en tout cas les Allemands n’y ont pas cru assez pour que la mobilisation ne fût pas considérable.
 
La réalité a donné tort aux accusateurs : une personne a été « grièvement blessée » en marge de ces manifestations, selon la police, rouée de coups « par un ou des inconnus lorsqu’elle se rendait à la manifestation… La police a par ailleurs annoncé qu’un opposant à PEGIDA avait été interpellé après s’en être pris aux forces de l’ordre. Si la victime avait été du côté des contre-manifestants, on imagine le tollé.
 
La violence n’est pas du côté de ceux que l’on accuse…
 

Béatrice Romée