fbpx

Montée inquiétante de la mouvance salafiste en Europe, particulièrement en France

Montee inquietante mouvance salafiste Europe France
 
Ses imams prêchent la piété austère, réclament la stricte séparation des sexes, et certains de ses enfants prônent le djihad : le salafisme, mouvement islamique basé sur une lecture littérale du Coran, est en constante augmentation en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne, selon des sources officielles. Elles sont formelles : les salafistes augmentent leur influence dans les mosquées comme dans la rue de ces pays européens.
 
Lorsqu’on sait que c’est la mouvance salafiste qui recrute efficacement de nombreux jeunes Européens pour partir se battre aux côtés de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, cette information n’en est que plus inquiétante.
 
Il existe actuellement en Allemagne 7.000 salafistes (connus), contre 3.800 il y a seulement quatre ans, selon le ministre allemand de l’Intérieur lui-même.
 

En France, 100 mosquées aux mains de la mouvance salafiste, un nombre qui a doublé en quatre ans

 
En France, 100 mosquées sont aux mains des salafistes, sur les 2.000 mosquées que compte le pays. Une minorité, mais ce chiffre a doublé en seulement quatre ans, selon un haut fonctionnaire expert en matière de sécurité et parlant sous condition d’anonymat en raison de l’interdiction de s’exprimer officiellement.
 
En Grande-Bretagne, les chiffres augmentent également. 7% des 1.740 mosquées du pays sont désormais gérées par les salafistes, selon Mehmood Naqshbandi, conseiller antiterroriste auprès du gouvernement britannique. Il précise que ces chiffres augmentent, spécialement parmi les jeunes Britanniques : selon lui, un quart, voire la moitié des musulmans britanniques de moins de 30 ans « acceptent certains enseignements – ou tous – de la théologie salafiste ».
 
Internet est sans cesse cité comme la source de radicalisation, mais celle-ci peut également se faire dans les mosquées, où les musulmans se rencontrent régulièrement. Et l’expert français de préciser que la propagande des salafistes est alors la plus efficaces.
 

L’influence des salafistes connaît une montée inquiétante dans l’ensemble de l’Europe

 
Les salafistes se font d’abord accepter des fidèles de la mosquée avant de commencer à critiquer l’imam afin de gagner le contrôle de la foi enseignée dans la mosquée dont ils finissent par prendre le contrôle. Ce sont alors les jeunes et les convertis qui deviennent les plus perméables à l’enseignement radical.
 
Les fins connaisseurs de l’islam divisent les salafistes en trois groupes : les salafistes calmes et loin de la politique, les salafistes politisés et les salafistes qui appellent directement au djihad.
 
En Europe, tous sont suspects et les autorités reconnaissent un lien direct entre la version « pacifique » du salafisme et celle qui appelle à faire le djihad. « Le pont est étroit », affirme ainsi Alain Rodier, ancien agent du renseignement devenu spécialiste du terrorisme.
 
En réponse, le gouvernement français tente de limiter l’influence de ces extrémistes dangereux en brandissant des « valeurs françaises » maçonniques et « républicaines ». Il n’y a aucune chance que ce succédané de spiritualité ne « déprogramme » des salafistes archi-convaincus.
 

Béatrice Romée