fbpx

DESSIN ANIME / FANTASTIQUE Naruto, The Last ♥♥♥


 
Naruto est un célèbre héros de mangas, ces bandes dessinées japonaises si particulières. Ses aventures ont déjà été adaptées dans de nombreux dessins animés, pour la télévision comme pour le cinéma. Voici donc en principe le dernier épisode sur grand écran, si l’on en croit le titre anglais adopté pour la diffusion internationale : The Last. Naruto est un ninja, qui appartient donc à l’une des multiples associations concurrentes de ces redoutables et mythiques guerriers-paysans japonais. Ceux-ci n’auraient donc pas disparu à la fin du XVIème siècle – nous sommes ici dans la fiction et le film fantastique. Ces ninjas réalisent des déplacements prodigieux, possèdent des capacités de vol ou des pouvoirs mentaux redoutables. Tout cela dessine un univers particulier – réjouissant pour les amateurs, ou les curieux avides de rêve – qui se développe de manière progressive, passant de la vie quasi-normale d’une petite ville de montagne du Japon d’aujourd’hui à des mondes de plus en plus étranges et originaux. Les traits, soignés, sont convaincants, comme les grandes compositions paysagères. L’ajout de plans profonds, intégrés à bon escient, sans excès, dans une technique traditionnelle, relève du plus haut niveau du dessin animé nippon.
 

Naruto, The Last : un divertissement exceptionnel

 
Naruto s’avère particulièrement réussi. Il dessine tout un univers fondamentalement onirique, qui possède une surprenante cohérence. Le héros et ses amis doivent sauver la Terre, menacée de destruction par la chute de la Lune, elle-même déportée de son orbite par de mystérieux ninjas sélénites. Le héros suit un cheminement qui l’invite à découvrir l’attention à l’autre et l’ouvre à l’amour pour une compagne d’aventure. Le passage décisif du château sur la Lune comporte de très nombreuses dimensions, certes fantastiques, mais invitant aussi à des réflexions sur les technologies robotiques ou informatiques qui donnent l’illusion des présences, tout en condamnant à une effroyable solitude, pouvant elle-même conduire à la folie dangereuse.
 
Un divertissement exceptionnel, mais qui, du fait de la relative complexité de l’intrigue qui risque de dérouter les plus jeunes, s’adresse donc plutôt aux adultes et adolescents. Des connaissances sinon du manga, du moins de l’histoire et de la culture du Japon, aident beaucoup à comprendre.
 

Hector Jovien