fbpx

Nouvelle hausse du chômage

Nouvelle hausse chomage
 
Le chômage est reparti à la hausse en août, la baisse du nombre de jeunes inscrits à Pôle emploi étant contrebalancée par une augmentation des autres catégories d’âge, en particulier les seniors. Cette nouvelle hausse, dont les chiffres ont publiés jeudi par le ministère du Travail, n’entame pas, manifestement, la détermination de François Hollande et du gouvernement de Manuel Valls à continuer dans la même voie.
 
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, selon ces derniers chiffres, a augmenté de 0,6%, soit 20.000 personnes, pour atteindre un total de 3.571.600 personnes en métropole.
 
Avec les catégories B et C, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi en août est en hausse de 0,2%, soit 8.400 personnes, pour un total de 5.420.900 en métropole ; et 5.726.300 en ajoutant les départements d’Outre-mer.
 

Nouvelle hausse du chômage

 
Dans un communiqué, Myriam El Khomri, qui a succédé à François Rebsamen comme ministre du Travail, déclare : « Les résultats au mois le mois doivent être analysés avec prudence. Seule la tendance compte : la hausse d’août intervient après une baisse en juillet et une stabilisation en juin. »
 
Ça y est ? François Hollande a réussi ? La courbe du chômage est inversée ?
 
Malgré l’aspect pitoyable d’une telle déclaration, elle n’en continue pas moins : « Nous avons mis en place des mesures d’ampleur de soutien à l’activité dont les effets se font sentir progressivement : les déclarations d’embauche et l’intérim se redressent, même si elles sont encore insuffisantes pour réduire le chômage. »
 
Allez donc dire cela aux chômeurs !
 
Cela dit, l’exercice doit être délicat, et son prédécesseur, avant de regagner à toute vitesse sa ville de Dijon, lui avait annoncé, en ces circonstances, « un grand moment de solitude ». Voilà enfin une promesse socialiste tenue !
 
Interrogé jeudi soir sur France 2, Manuel Valls a bien dû reconnaître – tout de même… – qu’il s’agit de « mauvais chiffres ».
 

Une tendance à… la satisfaction

 
Mais il n’en maintient pas moins l’idée d’une bonne tendance : « C’est pour ça que nous réformons, parce que la croissance n’est pas assez forte. » Et affirme que les indicateurs sont désormais orientés dans la bonne direction. Que ne dirait-on pas à dix-huit mois d’une élection présidentielle que le quinquennat finissant annonce délicate pour la gauche…
On pourrait multiplier ainsi les déclarations de gauche dans le sens d’une satisfaction qui n’est ressentie que par elle.
 
A noter que l’ancienneté moyenne des inscriptions progresse de 3 jours à 562 jours, environ 18 mois, soit à peu près le temps qui nous séparer de la prochaine élection présidentielle. Les socialistes feraient bien d’y voir un présage…
 
Hubert Cordat