fbpx

Nouvelle hausse du chômage en février…

Nouvelle hausse du chômage en février…
 
Le nombre de demandeurs d’emploi est reparti à la hausse en février en France, après une baisse le mois précédent, selon les chiffres qui ont été publiés mercredi par le ministère du Travail.
 
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,4 % en France métropolitaine, soit 12.800 personnes, portant le total à 3.494.400. Si l’on y ajoute les catégories B et C (activité réduite), le nombre d’inscrits à Pôle emploi a augmenté de 0,6 %, soit 30.400 personnes, pour atteindre un total de 5.262.500 personnes – 5.561.000 en incluant les départements d’outre-mer.
 

Nouvelle hausse du chômage en février

 
Un chiffre qui constitue non seulement un nouveau et triste record, mais surtout qui plombe plus certainement encore la majorité socialiste à trois jours du second tour des élections départementales, alors même que le premier tour a montré que les Français n’avaient, en définitive, que peu de confiance dans la ligne politique dont François Hollande et Manuel Valls soutiennent mordicus qu’ils ne veulent pas dévier. Et qui, sur un an à la fin du mois de février, nous donne une hausse de 4,6v% pour la seule catégorie A, et de 6,5v% pour les trois catégories A, B et C considérées dans leur ensemble.
 
« Tant que nous n’avons pas une croissance plus forte, autour de 1,5v%, il est difficile de créer de l’emploi, d’autant plus que nous avons beaucoup de jeunes qui rentrent sur le marché de l’emploi. » On pourrait croire que cette réaction émanerait, sous forme de critique, d’un responsable de l’opposition. Pas du tout, elle est de Manuel Valls. Qu’il agisse donc, au lieu de dresser des constats !
 
Il n’est que temps, avant que la situation ne s’aggrave encore. Selon l’économiste Henri Sterdyniak, de l’Observatoire français des conjonctures économiques, il faut en effet s’attendre à « une lente montée du chômage d’ici à la fin de l’année, avec des hausses de 5.000 à 10.000 par mois ».
 
Cette situation est évidemment pain bénit pour l’opposition. « François Hollande ment le matin, le midi et le soir. Le chômage reculera le jour où il partira », a réagi Nicolas Sarkozy.
 
Les partenaires sociaux, eux aussi, pressent le gouvernement d’agir. Pierre Gattaz, le président du Medef, souligne que « les chiffres du chômage d’aujourd’hui montrent que les demi-mesures ne suffisent plus ». Quant à Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, il déclare indispensable de « changer de politique économique afin de retrouver une croissance porteuse d’emplois ».
 

L’impudeur gouvernementale

 
On pourrait évidemment rétorquer que, dans une situation aussi délicate, il est difficile de trouver ce que pourrait être une bonne politique économique.
 
Mais le gouvernement n’en est même plus là ! François Rebsamen, qu’on devrait nommer dorénavant ministre du Chômage, préfère afficher son optimisme : « Je pense que cette année, nous allons connaître une stabilisation et, à la fin de l’année, un début de régression du chômage, du nombre d’inscrits à Pôle Emploi. »
 
Ah non ! ça suffit. Ce disque, François Hollande nous l’a repassé à satiété depuis trois ans, sans résultat aucun. On s’étonne même qu’il ne soit pas rayé, et qu’on ait l’impudeur de nous le faire écouter de nouveau. Nul n’envisage, au gouvernement et à l’UMP, de « remonter aux causes » : une politique monétaire délirante poursuivie pendant de nombreuses années, l’ouverture des frontières à la concurrence des pays à bas coûts de main d’œuvre, un socialisme envahissant et démotivant, des normes écologiques draconiennes etc. Une telle remise en cause du mondialisme politique, financier et économique condamnerait à mort son auteur.