fbpx

Le Parlement adopte définitivement la loi sur la transition énergétique

Parlement définitivement loi transition énergétique
 
A moins de six mois de la COP21, sanctuaire écologique dont François Hollande se veut le grand prêtre, le Parlement a définitivement adopté mercredi, par un dernier vote de l’Assemblée, la loi sur la transition énergétique.
 
Ce texte, cher au ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et aux écologistes, se veut la transcription de la promesse de François Hollande de réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production électrique à l’horizon 2025, et entend aussi favoriser la croissance dite verte et, par ce biais, nous promet-on, la création de 100.000 emplois.
 
On peut dire que c’est particulièrement malvenu, et peu sûr, à l’heure où les négociations entre Areva et EDF peinent à assurer avec certitude la survie du géant nucléaire…
 

e Parlement adopte définitivement une loi écologique

 
Quoi qu’il en soit, à l’occasion de cet ultime examen, les députés se sont même offert le luxe de voter à main levée un amendement, venu du Sénat, et fixant comme objectif de quadrupler entre 2016 et 2030 le prix du carbone, de 22 euros la tonne de CO2 à 100 euros, en passant par un objectif intermédiaire de 56 euros en 2022.
 
Des chiffres qui ne sont que des objectifs : le montant annuel de la contribution énergie doit en effet être fixée chaque année dans le cadre du budget de l’Etat.
 
Pour rassurer le consommateur, une nouvelle fois appelé à la caisse, Ségolène Royal a promis qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une hausse de la fiscalité, car chaque hausse de la contribution climat énergie sera compensée par un allègement d’autres taxes ou impôts. Evoquant cette nouvelle taxe, elle a même eu cette curieuse formule : « Il est hors de question qu’elle aboutisse à un alourdissement de la fiscalité. »
 
C’est pourtant le principe d’une taxe, non ?
 
En attendant, la nouvelle taxe est une réalité, alors que sa compensation par l’allègement d’autres taxes ou impôts n’est qu’une promesse…
 
L’important n’est pas là, comme le montre notamment la satisfaction des écologistes qui, hormis quelques points de détail, sont globalement satisfaits du texte de loi.
 
Ségolène Royal a d’ailleurs vanté une loi ambitieuse et mobilisatrice, « la plus avancée d’Europe et d’au-delà » – voilà qui doit faire plaisir à Charon ! – et vise à faire de la France le pays de « l’excellence environnementale ».
 

Transition énergétique, idéologie et… François Hollande

 
En clair, selon le dada de François Hollande, la France se doit d’être, au moins sur le papier, « exemplaire » avant d’accueillir la Conférence mondiale sur le climat.
 
Pour cela, nous allons avoir droit à une débauche de nouvelles règlementations, Ségolène Royal nous promettant pas moins 18 décrets et 27 ordonnances, dont les premiers devraient être publiés dès la rentrée 2015… Et qui porteront, outre la réduction du nucléaire, sur la diminution des émissions de gaz à effet de serre, l’essor des énergies renouvelables, la création d’un chèque énergie pour les ménages modestes, le remplacement des sacs plastiques non écologiques, le développement de véhicules moins polluants, l’obligation de rénovation énergétique pour les bâtiments privés résidentiels d’ici 2025, etc.
 
On n’oubliera pas que, selon l’Agence internationale de l’énergie, cette conversion écologique de la planète coutera des dizaines de milliers de milliards à des pays pour la plupart déjà surendettés ! Et tout cela pour satisfaire la théorie, jamais démontrée à l’heure actuelle, bien au contraire, l’idéologie donc du réchauffement climatique…
 

François le Luc