fbpx

DRAME HISTORIQUE
Paula ♠


 
Paula est un drame historique allemand, de type biopic, c’est-à-dire retraçant une biographie, celle de l’artiste-peintre allemande Paula Modersohn-Becker (1876-1907). Cette femme-peintre était restée complètement inconnue en France jusqu’il y a fort peu de temps ; elle a été découverte grâce à la grande exposition consacrée à son œuvre au Musée d’art moderne de la ville de Paris, au Palais de Tokyo, qui a eu lieu du 8 avril au 21 août 2016. Nous avions vu cette exposition, et il faut bien l’avouer, nous n’avions pas été séduit du tout par les œuvres présentées. Dans les années 1900, Paula Modersohn-Becker avait déjà peint selon un mode quasi-expressionniste allemand des années 1920 : avec deux décennies d’avance, elle avait donc multiplié les figures de femmes au visage vert et à la tête de lézard, ou, quasiment, d’individus difformes, pustuleux, laids à faire peur…Le film retrace fidèlement sa démarche, sur un mode hagiographique. Nous ne doutons nullement de la sincérité de cette démarche, mais le résultat ne nous paraît absolument pas convainquant. Les moqueries des contemporains, artistes inclus, lourdement montrées dans le film, sous l’angle du génie incompris et persécuté – moralement – sont en fait largement pertinentes, selon nous. Parfois, au plus, certains enfants sont peints de manière charmante, mais ils constituent un mode mineur dans une œuvre marquée par la recherche systématique, bien que peut-être de façon inconsciente, du laid et du difforme.
 

Paula, un biopic qui ne nous enthousiasme pas

 
Le film vaut pour sa reconstitution de l’Allemagne de 1900-1910, et, au second degré, de Paris : en effet ce Paris vu par les artistes allemands du début du siècle diffère largement du Paris réel de cette époque. Plutôt que de dénoncer un ratage de reconstitution historique manifeste, nous y avons vu une curiosité. Une artiste à l’œuvre pour le moins discutable séduit-elle par sa vie, du moins comme elle est présentée ? Non, car elle a mené une vie trop libre, et ce dès 1900, ce dont on ne la félicitera pas. La propagande féministe matraquée est pénible, à la fois pour le fond et le manque de finesse de la forme. En outre, elle comprend une erreur historique majeure : le métier d’artiste peintre a été largement accessible aux femmes, et ce dès le seizième siècle ; en ce domaine, Paula n’a été nullement une pionnière…Elle a humilié à de multiples reprises un mari absolument excellent. L’impression domine que la vie a correspondu à l’œuvre, ce qui n’est pas toujours le cas. D’où notre peu d’enthousiasme pour ce biopic, qui au plus permet en VO de travailler son allemand au cinéma, plaisir curieusement trop rare en France.
 

Hector JOVIEN

 
Paula drame historique film