fbpx

Réaction aux élections israéliennes : l’administration Obama s’inquiète des déclarations anti-arabes de Netanyahu

Réaction aux élections israéliennes : l’administration Obama s’inquiète des déclarations anti-arabes de Netanyahu
 
L’administration Obama n’a pas tardé à faire part de sa réaction inquiète au sujet de certains propos tenus pendant la campagne électorale israélienne sur le vote arabe. Le jour même de l’élection, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait posté ce commentaire sur Facebook : « Le gouvernement de droite est en danger. Les électeurs arabes se rendent en masse vers les bureaux de vote poussés vers les urnes par des organisations de gauche. »
 

Obama accuse Netanyahu de menacer les idéaux démocratiques avec ses déclarations anti-arabes

 
Des propos qui ont rapidement provoqué la réaction des «  Etats-Unis et de son administration » qui se disent inquiets tant ces déclarations « divisent » et visent à « marginaliser les citoyens arabes israéliens », comme l’a expliqué l’attaché de presse de la Maison Blanche, Josh Earnest. « Ils sapent les valeurs et les idéaux démocratiques qui sont importants pour notre démocratie et qui sont une part importante de ce qui lie les Etats-Unis et Israël » a-t-il insisté.
 
Des déclarations bien peu diplomatiques en elles-mêmes, et d’autant plus insolites qu’elles s’adressent à celui qui fut longtemps le partenaire privilégié.
 
Le secrétaire d’Etat John Kerry a toutefois félicité Benjamin Netanyahu pour sa victoire, ce que Barack Obama devrait également faire dans les prochains jours, malgré les relations tendues entre les deux pays. Les tensions entre la Maison Blanche et Benjamin Netanyahu avaient atteint des sommets lorsque ce dernier avait critiqué les négociations en cours entre l’administration Obama et l’Iran, juste avant une intervention devant le Congrès américain.
 

Félicitations discrètes après les élections israéliennes, regain de tension au sujet d’une solution à deux Etats

 
Des désaccords se manifestent également à propos de l’avenir d’Israël et de la Palestine. Plus tôt dans la semaine, Benjamin Netanyahu avait déclaré que s’il était réélu, il s’opposerait à toute proclamation d’un Etat palestinien. Un changement de discours qui ne risque pas de réchauffer les relations israélo-américaines : Josh Earnest a immédiatement précisé que cette déclaration du Premier ministre israélien obligerait la Maison Blanche à revoir son approche dans la région.
 
« Depuis plus de 20 ans, la politique des Etats-Unis soutient la solution à deux Etats dans le but de résoudre le conflit qui existe entre Israéliens et Palestiniens » a rappelé l’attaché de presse de la Maison Blanche : la solution qui, selon les Etats-Unis, constitue le « meilleur moyen d’apaiser les tensions » dans la région.