fbpx

10 millions de dollars pour les recherches sanitaires contre les préjugés de genre

recherches sanitaires contre prejuges genre 10 millions de dollars
 
Mais pour une fois, l’objectif n’est pas de traquer les « stéréotypes de genre » et autres préjugés sexistes, mais justement de rechercher les différences entre hommes et femmes. Les National Institutes of Health(NIH) aux Etats-Unis ont annoncé mardi le versement d’une subvention de 10,1 millions de dollars à plus de 80 scientifiques travaillant sur des études médicales afin qu’ils étudient davantage leur thématique en incluant des femmes ou des animaux cobayes femelles. Et ce parce que les effets des maladies ou des médicaments utilisés pour les combattre varient selon le sexe. Comme les cartables roses et bleus, seraient-ils « genrés » ?
 
Les recherches sanitaires ciblées par la subvention sont très variées, allant du développement fœtal à la migraine et aux attaques cardiaques. Il s’agit d’en finir avec la surreprésentation masculine parmi les sujets humains étudiés, mais aussi parmi les animaux de laboratoire et les lignées de cellules, un « préjugé » résultant du fait que les variations hormonales féminines peuvent peser sur les résultats, et que l’élimination de la variable coûte cher.
 

La santé des femme victime des préjugés de genre

 
Mais ces variations peuvent avoir leur importance dans le développement des maladies et jouer sur les traitements à préconiser. Aussi les 10 millions serviront-ils aussi à promouvoir l’étude des différences de genre grâce aux données obtenues, car aujourd’hui, selon un professeur de génétique, ces recherches font que « s’il y a une différence entre masculin et féminin, elles ne vont pas les révéler » – le comble des « préjugés de genre » !
 
Voilà qui est tout sauf politiquement correct. Pour le Dr Janine Austin Clayton, spécialiste de recherche sur la santé des femmes aux NIH, il s’agit d’un « premier pas destiné à encourager les gens à voir l’intérêt d’étudier le sexe comme une variable biologique ».
 
Eh oui, hommes et femmes ne sont pas égaux devant la migraine, les effets de la toxicomanie, les vaccins et bien d’autres situations sanitaires. On s’attend même à trouver des différences moléculaires entre les placentas de fœtus mâles et femelles.
C’est l’idéologie du genre qui en prend un coup !