fbpx

Cuba : Sanchez, ancien garde du corps de Fidel Castro, révèle les liens du dictateur avec le trafic de drogue

Sanchez ancien garde corps Fidel Castro trafic drogue
 
Le livre publié l’an dernier par l’ancien garde du corps de Fidel Castro, Juan Reinaldo Sanchez vient d’être traduit en anglais, donnant plus de visibilité à ses révélations sur les liens entretenus selon lui par le dictateur cubain avec les barons de la drogue.
 
Dans son livre, Juan Reinaldo Sanchez assure que Fidel Castro, alors à la tête de l’Etat, organisait des trafics de cocaïne et de marijuana « comme un parrain ». Le garde du corps révèle également que le dictateur a fait exécuter certains de ses plus hauts officiers pour empêcher les puissances internationales de s’approcher de trop près des cartels de la drogue.
 
Le garde du corps raconte par exemple avoir entendu une conversation entre Raul Castro et José Abrantes, ministre de l’Intérieur, alors qu’ils organisaient un accord avec un trafiquant de drogues.
 

L’ancien garde du corps de Fidel Castro affirme qu’il trafiquait la drogue et assassinait ses fidèles

 
« Je me suis rendu compte que l’homme pour lequel j’avais sacrifié ma vie, le chef que j’adorais comme un dieu et qui comptait plus à mes yeux que ma propre famille, était tellement impliqué dans le trafic de cocaïne qu’il dirigeait lui-même des actions illégales comme un parrain » écrit notamment Sanchez. Pour ce dernier, ce trafic bénéficiait stratégiquement à Fidel Castro puisqu’il permettait de « corrompre et déstabiliser la société américaine ».
 
Peu de temps après cette conversation, les Américains ont commencé à enquêter sur les liens éventuels entre Castro et la drogue. Pour ne pas risquer d’être découvert, le dictateur cubain avait alors éliminé deux de ses proches collaborateurs, parmi lesquels José Abrantes.
 
« Castro nous obligeait à regarder cela. C’est ce que le comandante était capable de faire pour garder son pouvoir : pas seulement tuer mais humilier et réduire à rien des hommes qui l’avaient servi avec dévouement », poursuit Sanchez.
 
En Angola, Castro encourageait également ses soldats à trafiquer les diamants, les armes ou la drogue…
 

Alors que les Etats-Unis renouent avec Cuba, Sanchez révèle des horreurs sur Fidel Castro

 
Juan Reinaldo Sanchez a travaillé comme garde du corps de Fidel Castro pendant 17 ans, avant d’être emprisonné pour avoir tenté de s’en éloigner en 1994.
 
Il a réussi à rejoindre le Texas après dix tentatives d’émigration infructueuses et publie enfin son livre en anglais, à l’heure où la Maison Blanche affirme que le régime cubain ne doit plus être traité comme une entité dévoyée.
 
Depuis, Cuba n’est plus considérée comme terroriste et Fidel Castro ne risque plus aucune sanction.
 
Pourtant le régime cubain n’a jamais cessé de soutenir les FARC en Colombie. « Fidel les soutenait avec armes et argent pour accroître son pouvoir politique », commente encore Juan Reinaldo Sanchez.
 
L’auteur accuse Castro d’avoir organisé des trafics de drogues avec le célèbre Pablo Escobar et avoir ordonné à un de ses fidèles, le général Arnaldo Ochoa de travailler avec lui avant de l’exécuter… pour l’avoir fait.
 
Le nouvel ami des Américains est décidément très fréquentable.
 

Béatrice Romée