fbpx

Sermon de l’abbé Beauvais sur la pêche miraculeuse


 
Mes biens chers frères,

Saint-Luc nous a raconté que des pêcheurs lavaient et raccommodaient leurs filets sur les rives du lac de Génésareth. Jésus s’approche de ces barques arrimées au rivage, et monte dans l’une d’elle, celle de Simon.

Voilà un geste tout simple, tout naturel. Mais avec quel naturel aussi, le Maître s’introduit dans la barque de chacun de nous !

Pour nous compliquer la vie, estimeront certains. Il est gênant, il nous a croisé sur notre chemin.

Notre barque ce sont nos talents, nos aspirations, nos réussites. Tout cela ne vaut rien, à moins que nous le mettions à disposition de Jésus-Christ, à moins qu’on ne lui permette d’y entrer librement, à moins que nous n’en fassions pas une idole.

Nous seuls, avec notre barque, si nous nous passons du Maître, nous allons tout droit au naufrage d’un point de vue surnaturel. Nous ne serons à l’abri des tempêtes, des revers de la vie, que si nous admettons, que si nous recherchons la présence et la providence de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Et ceci nous invite à remettre tout entre les mains de Dieu : nos pensées, nos ambitions humaines, nos amours. Tout doit passer par le cœur de Notre Seigneur. Autrement tôt ou tard, toutes ces choses couleront à pic à cause de notre égoïsme.

Consentir à ce que Dieu soit le Maître de notre navire, qu’il le commande, voilà une belle leçon pour nous aujourd’hui mes bien chers frères, et quelle sécurité. Même quand il semble endormi, absent, même quand il semble qu’il ne se soucie pas de nous, et que la tempête se lève au milieu des ténèbres les plus obscurs, comme c’est le cas aujourd’hui pour l’Eglise.

Le divin maître remonte donc dans la barque de Pierre, et il a choisi cette barque entre toutes. Il y en avait plusieurs, l’Evangile nous dit deux, mais certainement il y en avait plusieurs, mais c’est celle-là qu’il choisit et ce n’est pas pour rien. C’est sur elle qu’il va enseigner les foules, c’est sur elle qu’il va apaiser la tempête.