fbpx

L’agence de notation Standard & Poor’s condamnée à payer une amende de 1,37 milliards de dollars

Standard & Poor s amende subprimes
 
L’agence de notation américaine Standard & Poor’s devrait conclure aujourd’hui même un accord qui la conduira à verser un peu plus de 1,37 milliard de dollars au ministère américain de la Justice et à une douzaine d’Etats américains dès lundi, mettant ainsi un terme aux poursuites dont elle est l’objet depuis deux ans en raison de ses pratiques sur les subprimes.
 

Standard & Poor’s accusée de laxisme sur ses critères de notation des subprimes

 
Le ministère de la Justice doit recevoir environ 687 millions de dollars tout comme les différents Etats.
 
La filiale du groupe McGraw-Hill est toujours accusée de laxisme sur ses critères de notation concernant les obligations adossées à des prêts hypothécaires, les fameux subprimes à l’origine de la crise financière, dans le but d’augmenter ses parts de marché dans ce domaine.
 
La plainte déposée accuse l’agence de notation d’avoir pris ce risque pour gonfler son activité avec les grandes banques qui émettaient ces titres.
 
Ce procès est considéré comme l’une des actions les plus agressives entreprises par l’administration Obama contre ceux qu’elle tient pour responsables de la pire crise financière connue par les Etats-Unis depuis la Grande Dépression. En omettant les responsabilités de l’administration américaine qui a créé une bulle immobilière en menant une politique de préférence ethnique par l’intermédiaire de Freddie Mac et Fannie Mae…
 

Standard & Poor’s déjà à l’amende la semaine dernière

 
L’agence de notation Standard & Poor’s s’était déjà fait sanctionner la semaine dernière, le 21 janvier, par la Securities and Exchange Commission (SEC) et la justice.
 
L’agence a signé un accord avec les autorités américaines, qui comprend le versement de 77 millions de dollars de pénalité et une interdiction quasi inédite de noter les titres de dette concernant l’immobilier commercial aux Etats-Unis pendant une durée d’un an.
 
La mise au pas de la Haute Finance se poursuit.