fbpx

La Suède s’attend à une détérioration de l’emploi en raison de la crise des migrants : le chômage augmentera, selon Mats Wadman

Suède emploi migrants chômage Mats Wadman

Mats Wadman, analyste en chef du Service public de l’emploi.


 
L’agence pour l’emploi de la Suède vient d’annoncer que l’objectif du Premier ministre Stefan Loefven d’afficher le pus bas taux de chômage de l’Union européenne d’ici à 2020 ne pourra être atteint en raison de l’afflux de migrants. La crise des réfugiés met la pression sur l’économie, assure l’analyste en chef du Service public de l’emploi, Mats Wadman : il prévoit un tassement en 2017, de 7,5 % actuellement à 6,6 % dans un contexte de bonne croissance, mais par la suite, le chômage grimpera pour atteindre de nouveau les 7,5 % en 2020 selon lui.
 
L’Allemagne affiche aujourd’hui le plus bas taux de chômage de l’UE, à 4,5 %.
 
La situation devrait perdurer au-delà de 2020 : « Nous allons devoir vivre avec un fort taux de chômage pendant de longues années, c’est totalement évident », estime Mats Wadman.
 

Mats Wadman annonce une détérioration des chiffres du chômage du fait des migrants

 
La social-démocratie suédoise ne compte pas changer ses habitudes pour autant. Magdalena Andersson, ministre des Finances, qui avait fait du taux de chômage l’objet de l’une des principales promesses électorales de son parti en 2014, assure que le gouvernement s’en tient à ses objectifs malgré tout : il a déjà augmenté les subventions aux sociétés qui embauchent des personnes qui rencontreraient, sans cela, des difficultés à trouver un travail.
 
« Nous voyons aujourd’hui davantage de personnes rejoindre la Suède qui sont un peu plus éloignés encore du marché du travail, et donc notre objectif devient plus ambitieux. Il est important que nous travaillions systématiquement afin de l’atteindre », a-t-elle dit.
 
A coups de dépenses publiques, bien entendu…
 
Cela dit la Suède commence à renâcler devant l’arrivée soutenue de nouveaux migrants, elle qui a accueilli un nombre record de demandeurs d’asile en provenance de pays déchirés par la guerre comme la Syrie et l’Afghanistan : 163.000 personnes ont été acceptées en 2015 dans le pays, dont 80.000 qui sont arrivées au cours des seuls mois d’octobre et de novembre.
 

Les migrants en Suède sont nombreux à ne pas trouver d’emploi

 
A en juger par l’histoire récente, beaucoup d’entre eux resteront sans emploi. Une étude réalisée par l’Office national d’audit montre ainsi que parmi les réfugiés arrivés en 2003, seuls 53 % avaient trouvé un travail en 2013 – alors même que la part de demandeurs d’asile au travail est plus importante en Suède que dans la plupart des autres pays d’Europe. Les autres vivent d’aides publiques à la charge des Suédois, naturellement…
 
Selon l’agence pour l’emploi, le taux de chômage aujourd’hui estimé à 7,1 % en 2019 aurait été de 6,7 % sans l’arrivée massive de migrants, alors même que le chômage des autochtones se rétrécit dans la mesure où ils peuvent profiter de meilleures conditions économiques.
 
Selon Wadman, « il faut mettre en place un grand nombre de mesures pour résoudre ce problèmes ». Des mesures qui se traduisent en dépenses, notamment pour l’éducation et la formation des migrants.
 
Cela aussi sera à la charge des contribuables.
 

Anne Dolhein