fbpx

Des Républicains défient l’administration Obama en vue d’arracher les terres fédérales au contrôle de Washington

Des Républicains défient l’administration Obama en vue d’arracher les terres fédérales au contrôle de Washington
 
Le 28 avril dernier, les Républicains Chris Stewart et Rob Bishop ont lancé un groupe d’action à propos des terres fédérales. Il s’agit d’une équipe de membres du Congrès chargés de « développer un cadre législatif pour transférer les terres publiques à la propriété et au contrôle local » et s’opposer ainsi à l’administration Obama. Ces élus cherchent à faire repasser sous contrôle des Etats des terres passées sous le joug de l’Etat fédéral, tout comme des sites naturels européens sont passés sous la coupe de l’Union européenne avec le plan « Natura 2000 ».
 

Les Républicains veulent arracher certaines terres au contrôle de Washington pour retrouver un contrôle local

 
Le groupe présidé par Chris Stewart va s’appuyer sur un travail déjà effectué en Utah et dans quelques autres Etats ces dernières années pour arracher certaines terres au contrôle fédéral, bravant la fermeté de l’administration Obama. « Le gouvernement fédéral a été un très mauvais propriétaire dans les Etats de l’Ouest et nous pensons tout simplement que les Etats peuvent mieux faire », a expliqué Chris Stewart : « Si nous voulons des forêts plus saines, de meilleurs accès aux parcs publics, un financement plus cohérent de la prévention et un développement plus fiables des énergies, il est nécessaire de retrouver un contrôle local. »
 
Un but parfaitement légitime au regard du droit et de l’histoire puisque, malgré l’obstination de l’administration Obama au sujet de la propriété de ces terres de l’Ouest depuis que les territoires sont devenus des Etats, la Constitution des Etats-Unis, le droit coutumier ainsi que certains décisions de la Cour suprême en ont décidé autrement.
 

L’administration Obama, grand ennemi de la souveraineté, voudra garder un contrôle fédéral

 
Mais l’histoire et la loi risquent d’être bien peu de chose en face d’une détermination sans faille et d’un travail acharné de l’Etat fédéral pour priver les Etats de leur souveraineté.
 
Les défis récemment posés par l’administration Obama contre des lois étatiques dans le domaine de l’immigration ou des services médicaux révèle en effet que Washington ne considère plus les Etats que comme de simples subalternes administratifs dont l’existence est au mieux tolérée, à condition qu’ils facilitent docilement la mise en œuvre des programmes fédéraux.
 
Toute ressemblance avec l’Union européenne ne saurait être qu’un pur hasard…
 

Béatrice Romée