fbpx

RITV Vidéo
Prépas : les rescapés du PISA


 

Elèves et professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles contre le décret de Patrick Peillon visant à réduire le budget de cette filière d’excellence, en particulier le salaire des enseignants. Une décision ministérielle ahurissante au moment où le rapport PISA (program for international student assessment) publié l’OCDE révèle la chute continue de l’instruction publique en France.
De même que l’enquête PIRLS mesure les aptitudes des enfants de dix ans à lire, de même le PISA évalue les élèves de quinze ans en lecture, sciences et mathématiques. Année après année, une tendance se confirme, savoir l’émergence de l’Asie orientale, de certains pays du Nord, et le déclin de l’Europe, particulièrement sensible en France, qui se trouve reléguée en 2012 à la 21ème place pour la compréhension de l’écrit, 22ème en maths et 27ème en science. L’analyse fine des données montre que les performances n’ont pas de lien avec le matériel (exemple, nombre d’ordinateurs, états des locaux), mais avec la langue des élèves au départ, la sécurité, l’assiduité et les méthodes pédagogiques. L’immigration, l’insécurité, le laxisme et les délires pédagogiques postsoixantehuitards sont donc les principales raisons de l’échec scolaire. Le ministère de l’Education nationale donne sciemment une image fausse du rapport, insistant sur les disparités globales de résultat, sans rentrer dans l’analyse des causes ni mentionner que l’ensemble des résultats sont en baisse. Il est donc absolument nécessaire de préserver la filière d’excellence, démocratique de surcroît puisqu’elle est gratuite, que sont les grandes écoles.