fbpx

Les accords de Paris, un leurre…
de l’avis de l’ONU

accords Paris leurre avis ONU
 
Le dernier rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement le dit clairement : malgré le texte voté à par la COP 21, les réductions de CO2 promises par les gouvernements ne représentent qu’un tiers de ce qu’il « faudrait » pour réduire le réchauffement global à 2 ° C d’ici à la fin du XXIe siècle.
 
Autrement dit, les accords, tout en donnant de beaux avantages à des pays émergents comme la Chine et l’Inde – autorisées à augmenter leurs émissions – par rapport aux pays développés, sont incapables, de près comme de loin, d’atteindre le but qu’ils prétendent poursuivre.
 
Comme si tous les discours des leaders mondiaux n’étaient que des mots : en fait, personne ne veut réduire ses émissions et personne ne croit vraiment au réchauffement.
 
Mais c’est parce que l’objectif réel n’a rien à voir avec un hypothétique réchauffement. Un nouveau livre qui vient de paraître aux Etats-Unis sous la signature de Rupert Darwall, Green Tyranny, le répète : il s’agit d’entraver l’accès de pays comme les Etats-Unis à l’énergie bon marché pour promouvoir la prise en mains de l’économie mondiale par la gauche globaliste – au moment même ou les USA dépassent la production d’énergie de l’Arabie saoudite et de la Russie grâce aux ressources d’hydrocarbures abondées de manière spectaculaire par le gaz de schiste.