fbpx

L’Allemagne et la Pologne placent leurs sous-marins sous commandement commun

Allemagne Pologne sous marins commandement commun
 
L’Allemagne et la Pologne ont signé un mémorandum établissant un centre de contrôle opérationnel à Glucksberg, en Allemagne, en vue de placer leurs flottes sous-marines sous une autorité commune. La Pologne a également l’intention de relier sa flotte de sous-marins au système de contrôle des communications de l’armée allemande.
 
Deux officiers de la marine polonaise résideront en permanence dans le port militaire allemand. « C’est une démarche très remarquable que de mettre un dispositif national stratégique comme celui des sous-marins sous contrôle commun », a déclaré le vice-amiral Andreas Krause, inspecteur de la marine allemande, selon Defense News.
 

Le commandement commun mis en place par l’Allemagne et la Pologne tenterait aussi la Norvège

 
Un porte-parole de la marine allemande a souligné qu’il s’agit d’un accord « historiquement unique ». Ensemble, Allemagne et Pologne gèrent 11 submersibles, six 212A allemands et 5 U-boote polonais. Selon le porte-parole allemand, d’autres pays pourraient rejoindre l’autorité commune. Une proposition a déjà été transmise à la Norvège et, au vu des relations entre les trois pays, celle-ci pourrait bien accepter. Quatre U-boote polonais ont par ailleurs été achetés à la marine norvégienne, et Berlin entend également se fournir chez le voisin scandinave pour remplacer six de ses sous-marins actuels.
 
Ce centre opérationnel commun pourrait devenir un modèle pour l’OTAN. L’Allemagne souhaite construire un nouveau centre d’opérations à Rostock, dans la zone occidentale de la mer Baltique : il pourrait servir de centre de commandement pour l’alliance maritime multinationale. Le centre de Rostock pourrait accueillir des représentants de tous les pays membres de l’OTAN, et pas seulement l’autorité commune mise en place par la Pologne et l’Allemagne.
 

Les sous-marins de Pologne et d’Allemagne mis en commun

 
Il s’agirait de la dernière étape en date de l’expansion de l’Alliance atlantique vers l’Est. L’OTAN entend déjà renforcer sa présence le long des frontières avec la Russie et inaugurera un nouveau système de défense par missile d’interception Aegis en Pologne en 2018.
 
Pour Moscou, rapporte la source officielle russe Sputnik, cette autorité commune voulue par l’Allemagne et la Pologne est une « provocation » : « Les actions menées par ces collègues occidentaux tendent à troubler la stabilité stratégique en Europe et nous obligent à prendre des mesures de rétorsion, prioritairement vers la direction stratégique de l’Ouest », a affirmé mardi le ministre russe de la défense Sergueï Shoigu.
 
Les prochaines discussions de l’OTAN à Varsovie se pencheront sur l’initiative germano-polonaise et son éventuelle extension, à l’heure ou Vladimir Poutine affirme volontiers son désir d’augmenter la force de frappe militaire russe et de moderniser les outils de son armée.
 

Patrick Neuville