fbpx

Apple critique le projet de loi britannique sur la surveillance d’Internet et des communications

Apple critique projet loi britannique surveillance Internet
 
Le géant de l’informatique Apple vient de critiquer un projet de loi britannique de renforcement de la surveillance d’Internet et des communications en avertissant que la sécurité des données personnelles de millions d’utilisateurs pourrait être compromise, tout en paralysant le secteur par le poids de lois à la fois très nombreuses et parfois contradictoires. Apple soutient notamment la mise en place de meilleures techniques de cryptage.
 
C’est à la faveur des attentats islamistes de Paris, en novembre, que le ministre britannique de l’Intérieur, Theresa May, a déclaré que la portée des lois relatives àz la surveillance des communications allait être étendue pour tenir compte de la croissance des échanges sur Internet et mieux protéger le pays contre les criminels, fraudeurs et autres activistes.
 
Plus précis dans ses critiques que les défenseurs des libertés qui voient dans la loi une menace grave, Apple déplore que des centaines de millions d’utilisateurs innocents doivent subir une diminution de leur sécurité sur Internet sous prétexte de pouvoir détecter ceux qui présentent une réelle menace.
 

La surveillance accrue d’Internet et des communications équivaut à un accès plus facile aux données sensibles

 
Au titre du projet de loi, les services de renseignement britanniques pourraient avoir partiellement accès à l’historique de navigation, tandis que la récupération en masse de données est également prévue. Bien que le gouvernement britannique soutienne que l’interdiction du cryptage ne sera pas retenue et que la sécurité des données individuelles ne sera pas mise en danger, Apple affirme que ce projet de loi qui risque au contraire d’affaiblir les possibilités de cryptage. Il permet notamment au pouvoir d’accéder aux Smartphones et autres équipements électroniques pour obtenir des données, d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet à fournir des données et même de contraindre les sociétés étrangères à contrevenir aux lois de leurs propres pays – en attendant que ceux-ci s’alignent. Les conflits de loi subséquents pourraient paralyser l’industrie technologique.
 

Apple critique le projet de loi britannique et demande un meilleur cryptage

 
Microsoft soutient Apple dans sa démarche et préférerait une coopération intergouvernementale au niveau international sur le sujet de la surveillance des communications, plutôt qu’une compétition entre différents pays, au détriment de la sécurité des données individuelles.
 
Par ailleurs, Apple estime que la parade au piratage des données informatiques et aux cyber-attaques réside dans un cryptage renforcé des données de communication. La firme californienne voit dans la possibilité d’interception des données une faille que les espions de la toile pourraient exploiter, affaiblissant ainsi les dispositifs de protection internes de ses propres produits. «Laisser une clef sous le paillasson ne servirait pas seulement aux “bons”. Les “méchants” la trouveraient aussi », affirme Apple.
 
L’affaire Snowden a montré que les possibilités de surveillance des citoyens innocents sont déjà démesurées.
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle