fbpx

Pour Barack Obama, Cuba ne soutient plus le terrorisme

Barack-Obama-Cuba-terrorisme-1
 
Le président américain Barack Obama a décidé de retirer Cuba de la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme. On ne s’étonnera pas d’apprendre que le gouvernement cubain estime juste de déclarer qu’il ne soutient pas la violence et la… révolution.
 
« Nos divergences avec le gouvernement cubain vont persister, mais nos inquiétudes vis-à-vis d’un large champ de décisions et d’actions politiques cubaines se situent en dehors des critères qui permettent de qualifier Cuba d’Etat soutenant le terrorisme », a ainsi déclaré mardi dans un communiqué la Maison Blanche, qui poursuit : « Après un examen attentif de la situation cubaine et après les assurances données par le gouvernement cubain, le secrétariat d’Etat a conclu que Cuba remplissait les critères permettant de perdre sa qualité d’Etat soutenant le terrorisme. »
 

Barack Obama et Cuba

 
« Le gouvernement de Cuba reconnaît la juste décision prise par le président des Etats-Unis de supprimer Cuba d’une liste sur laquelle il n’aurait jamais dû figurer, en particulier parce que notre pays a été victime de centaines d’actes de terrorisme qui ont coûté 3.478 vies et mutilé 2.099 citoyens », a réagi, dans une déclaration, la directrice générale chargée des Etats-Unis au ministère cubain des Affaires étrangères.
 
Cuba réaffirme donc condamner tous les actes de terrorisme dans toutes leurs formes et manifestations… ce qui ne prouve pas grand-chose. Sinon que Barack Obama a été marqué par sa rencontre avec son homologue cubain Raul Castro à Panama, la première depuis que les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques en 1961. Et surtout depuis 1982, année au cours de laquelle Cuba a été ajoutée à la fameuse liste, pour son soutien aux rebelles FARC de Colombie et aux séparatistes basques d’ETA.
 

Sur la question du terrorisme, Obama n’aura peut-être pas le soutien du Congrès

 
Il n’est pas sûr, cependant, que le Congrès américain approuve la décision présidentielle. Ainsi, le sénateur et candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle, Marco Rubio, a-t-il dénoncé une décision terrible. « Cuba est un Etat qui soutient le terrorisme, a-t-il dénoncé. Ils abritent des gens qui ont fui la justice américaine. »
 
Les représentants du Congrès ont quarante-cinq jours pour donner leur avis. Un avis que Barack Obama pourra, s’il le souhaite, mettre aux oubliettes…
 

François le Luc