fbpx

La BCE veut en finir avec l’assouplissement quantitatif… vraiment ?

BCE finir assouplissement quantitatif
 
La Banque centrale européenne s’est engagée jeudi à mettre fin à une période d’achats massifs d’obligations. Mais dans le même temps le président Mario Draghi a annoncé que le programme de ces achats – fût-ce à un rythme deux fois moins rapide – sera prolongé bien au-delà de ce qui était attendu, et que le niveau des taux d’intérêt restera bas. Si bien que la BCE a laissé ses taux directeurs à 0,00 %, 0,25 % et même à – 0,40 % respectivement pour les principales opérations de refinancement, les services de prêts marginaux et les services de dépôts.
 
Ces taux bas semblent devoir être maintenus pour un an au moins selon des analystes, seule la baisse du rythme d’achats d’obligations laissant entendre que la BCE prévoit une embellie de la croissance. Draghi lui-même a indiqué vouloir maintenir le « stimulus » pour parvenir à une inflation de 2 % par le biais de la politique monétaire alors que les prix stagnent.
 
Même si les achats d’obligations vont descendre, à partir de janvier, de 60 milliards à 30 milliards d’euros par mois, cette nouvelle – et troisième – extension du programme, « au moins jusqu’à septembre », en dit long sur l’interventionnisme de la BCE.
 
Plus spectaculaire encore est le volume total du programme d’achats : à l’heure qu’il est, la Banque centrale a déjà acquis 2.500 milliards d’euros d’obligations depuis le début des opérations, soit deux fois la somme à laquelle elle s’était engagée au départ – et l’équivalent de près de 25 % de la production économique totale de la zone.