fbpx

Armée américaine : les soldats acceptent les trois changements « culturels » majeurs d’Obama

changement culturel armee Obama soldats femmes
 
Barack Obama n’est pas apprécié des troupes militaires américaines, notamment à cause des changements qu’il a imposés au sein de l’armée avec l’abrogation du principe « Don’t ask, don’t tell » en 2011, politique qui interdisait d’interroger les personnels militaires sur leur « orientation sexuelle » mais qui ne leur permettait pas, non plus, de l’afficher.
 
changement-culturel-armee-Obama-soldats-femmes-2
 
Mais si l’homme n’est pas apprécié, les chiffres montrent une acceptation progressive et parfois même un soutien aux changements qu’il a imposés.
 
Le plus gros changement « culturel » voulu par Obama concerne l’acceptation de l’homosexualité dans les rangs de l’armée.
 
Un sondage mené parmi les soldats en 2009 montrait que 35% d’entre eux pensaient que les homosexuels et les lesbiennes devraient pouvoir servir leur pays en portant l’uniforme de l’armée américaine. Cinq ans plus tard, ils sont 60% à le penser.
 
changement culturel armee Obama soldats femmes
 
A l’inverse, ils étaient 49% à penser que ce devrait être impossible, ceux-là sont désormais 19%.
 

Un changement culturel fondamental : les femmes au combat

 
La levée de l’interdiction de la présence des femmes dans les unités de combat est un autre changement majeur de l’ère Obama. En 2012, le Pentagone lançait un plan pour rendre peu à peu obsolètes dans l’armée toutes les restrictions basées sur le sexe.
 
Les quatre armes ont jusqu’à 2016 pour la mettre totalement en application dans les unités de combat, et pour mettre en place des alternatives dans l’infanterie ou les forces spéciales.
 
changement-culturel-armee-Obama-soldats-femmes-3
 
Le pourcentage de militaires qui pensent que toutes les unités de combat devraient être ouvertes aux femmes est resté inchangé ces trois dernières années : 24%. Mais le pourcentage de ceux qui pensent que quelques postes de combats devraient être ouverts aux femmes est passé de 34 à 41%, tandis que les opposants à cette réforme sont passés de 43 à 28% en trois ans.
 

Les agressions sexuelles dans l’armée : nouvelle politique sous Obama

 
Le troisième changement culturel important de l’ère Obama est la manière dont les agressions sexuelles sont traitées dans l’armée.
 
La prévention est faite pour une question morale d’abord, mais également pour rassurer les éventuels candidats, et particulièrement les femmes qui hésiteraient à entrer dans l’armée. Mais la prévention va bien au-delà : elle est devenue une diatribe anti-masculine dans laquelle tous les hommes sont présentés comme des violeurs potentiels.
 
Le sergent Alexander Van Arsdall reconnaît que ce problème existe dans l’armée, mais que la question est mal traitée puisqu’elle culpabilise d’emblée les hommes : les hommes sont systématiquement considérés comme agresseurs, les femmes comme des victimes. Un message répété encore et encore. La formation avait d’abord lieu deux fois par an, puis tous les trois mois, puis chaque mois et aujourd’hui elle peut même être encore plus fréquente. A se demander pourquoi les femmes insistent pour s’engager dans l’armée !
 
Là encore, les soldats s’y sont faits. 48% d’entre eux jugent ces formations efficaces, 31 % ne savent pas, 21% les pensent inefficaces.
 
Mais seuls 16% des militaires pensent qu’elles ont un impact négatif sur la culture militaire. Sans doute parce qu’ils ne s’y reconnaissent pas ?