fbpx

Petites frappes et humanitaire en Irak : l’Occident vire les Chrétiens d’Orient


 
Chaque jour plus barbare, le califat islamiste d’Irak massacre systématiquement hommes femmes et enfants, notamment par décapitation, afin de vider le pays conquis de sa population. Pendant ce temps Obama lance des « frappes » et Fabius livre du matériel humanitaire. Du vent pour masquer l’abandon délibéré des Chrétiens d’Orient par l’Occident.
Notre ministre des affaires étrangère est allé livrer à Arbèle au Kurdistan irakien du matériel humanitaire pour les réfugiés. En brodant sur la volonté du président de la république de venir en aide aux réfugiés. Et en appelant les Irakiens à l’unité, au moment même où le premier ministre fait une sorte de putsch contre son président, dans un pays ravagé par la politique américaine. Dans cette comédie politique, pas une fois Laurent Fabius n’a prononcé le mot Chrétien.
 

Fabius insulte les Chrétiens d’orient avec son barda humanitaire

 
A l’en croire la nouvelle guerre d’Irak serait une énième variation sur le thème du refus de l’autre.
A la vérité, c’est le résultat d’une stratégie menée ouvertement par les USA depuis 1990, le choc des civilisations. Lancée par les néoconservateurs, elle fait suite et amplifie le choix fait trente ans plus tôt d’Israël pour allié prioritaire au Proche-Orient. Il n’est pas sûr qu’à terme elle bénéficie à Israël, mais il est certain qu’elle a pour effet de chasser les Chrétiens d’Orient afin de former un bloc musulman homogène.
Mgr Louis Sako incrimine aujourd’hui la « lâcheté » de l’Occident. C’est de la pure charité chrétienne de sa part. Il devrait parler de trahison délibérée.
De nombreux commentateurs estiment qu’Obama a été mal renseigné, qu’il n’a pas pris tout de suite la mesure de l’offensive du califat islamiste.
C’est hautement improbable, avec tous les moyens dont il dispose. D’autant plus que la partition de l’Irak, la montée des extrémismes chiite et sunnite sont le fruit de la partition voulue par Bush père et fils.
 

Frappes en Irak, la comédie de l’Occident

 
Des mouvements de barbarie musulmane, il s’en est toujours levé aux confins du désert depuis les Almohades, les Almoravides, depuis Mahomet en fait. Il n’y a qu’un moyen de s’en débarrasser, les combattre, à fond, tout de suite. L’Occident avait les moyens d’écraser le califat dans l’œuf. Il a préféré le laisser développer son horreur afin de faire fuir les Chrétiens d’Orient. Les « frappes » sont le symbole du mensonge de l’Occident : ce mot fut inventé pendant la guerre du Golfe pour masquer la réalité d’un bombardement. Aujourd’hui, ces frappes tardives sont volontairement sans effet. Elles arrivent après la bataille, après l’épuration ethnique et religieuse.
Paradoxe épouvantable, les Chrétiens trouvent refuge chez les Kurdes, qui furent en d’autres temps leurs exterminateurs, toujours manipulés par les Anglo-saxons.
Le pire est la politique de la France. Elle fut jadis la protectrice des Chrétiens d’Orient, elle s’aligne aujourd’hui sur les Etats-Unis. Ni Hollande l’anticatholique ni Fabius n’entendent assumer notre devoir. Accueillir quelques réfugiés en France, c’est accélérer le processus qu’il faudrait combattre. Et les dix-huit tonnes de matériel humanitaire dont Fabius nous fait le boniment sont pire qu’une injure, un crachat au visage des Chrétiens d’Orient : aujourd’hui en Irak le Christ est aux outrages. Et la fille aînée de l’Eglise lui inflige les pires humiliations.

 
Chrétiens d’Orient Irak Occident Frappes