fbpx

Conférence de Jackson Hole : les taux d’intérêt au menu des banques centrales

Conference Jackson Hole Banques centrales Taux d’interet
 
Depuis plusieurs décennies la bourgade de Jackson Hole, au fond d’une haute vallée du Wyoming dans les montagnes Rocheuses, accueille en été –les nuits y sont fraîches – le gratin de la finance internationale. Les patrons des banques centrales évoquent lors d’une conférence très fermée le proche avenir et prennent parfois, comme en 2010, des décisions monétaires qui sont immédiatement suivies d’effet. Cette année, c’est la question des taux d’intérêt (faut-il ou non les relever ?) qui sera débattue.
Le discours de Janet Yelen, présidente de la FED américaine est très attendu. On sait qu’elle est favorable au maintien d’un taux directeur très bas afin de soutenir le marché de l’emploi aux Etats Unis. Mais d’autres, qui se présentent comme plus rigoureux, préconisent un relèvement des taux pour prévenir l’inflation.
 

Les banques centrales à Jackson Hole : deux enseignements

 
Deux enseignements principaux sont à retenir. D’abord, de hauts fonctionnaires de la finance se réunissent annuellement entre initiés pour décider, en grande partie, de l’avenir du monde, du moins de son orientation économique. Ensuite, la pièce que nous jouent les faucons des banques centrales, ceux de la FED en particulier, est une mauvaise comédie : l’inflation est aujourd’hui à son minimum, avec dans certaines régions, comme la zone euro, une tendance déflationniste, et ne présente aucun danger. Il ne faut pas confondre l’hyper inflation type république de Weimar, et une inflation légère qui a toujours été bonne pour les échanges et l’activité. Le discours anti-inflation ne sert en fait qu’à brider la masse monétaire pour freiner l’activité économique, afin de handicaper les pays du Nord.
Le deuxième enseignement important de la conférence de Jackson Hole cette année, c’est que les pontes des banques centrales admettent officiellement, par leur façon de poser le problème des taux d’intérêt, que la « lutte contre l’inflation » nuit à l’emploi. C’est nouveau et important. Dont acte, à toutes fins utiles.