fbpx

La Cour suprême d’Israël bloque la déportation de milliers d’immigrés africains clandestins

Cour suprême Israël bloque déportation milliers immigrés africains clandestins
 
Le gouvernement des juges, encore… La Cour a donné au gouvernement un délai courant jusqu’au 26 mars pour donner de nouvelles explications sur son projet de déportation de migrants d’Erythrée et du Soudan, avec suspension provisoire des déportations vers un pays tiers.
 
Quelque 42.000 clandestins africains présents en Israël doivent quitter le pays volontairement ou se laisser emprisonner avec une éventuelle expulsion à la clef, selon le programme mis en place en janvier par Benjamin Netanyahu. Mais la moitié d’entre eux – les enfants, les femmes et les hommes accompagnés de leur famille – ne risquent pas une déportation immédiate.
 
Vu les dangers auxquels ils sont exposés en cas de retour dans leur pays d’origine, Israël propose de les envoyer vers un pays tiers – il s’agit selon les déportés ou leurs soutiens du Rwanda ou de l’Ouganda.
 
Les migrants africains avaient profité de la porosité de la frontière avec l’Egypte en 2007 et ont afflué jusqu’à celle-ci soit renforcée, mettant fin ou quasiment aux entrées illégales.