fbpx

ACTION/SCIENCE-FICTION Criminal : un espion dans la tête ♥♥


 
Criminal : un espion dans la tête est un film de langue anglaise, au casting prestigieux, dont l’action se déroule à Londres. Le titre anglais Criminal a été rallongé en français, pour donner une précision précieuse sur le contenu du film, aux confins du film d’action et de science-fiction. Un criminel, du type sociopathe, à discernement moral inexistant suite à des lésions au cerveau dans l’enfance, reçoit pour combler cette lacune sélective, une partie du cerveau d’un espion abattu. Cette dernière pourrait contenir des informations très sensibles dont la transmission s’avère urgente. Il avait été abattu par des sicaires d’un terroriste international, motivée par des idéaux anarchistes meurtriers – comme il y en a eu par le passé – et était capable de pirater les systèmes de mise à feu des armes nucléaires américaines. Le spectateur frémit un instant en espérant que les systèmes informatiques en question soient vraiment à toute épreuve, avec un système encore manuel obligatoire de mise à feu – chose heureusement probable.
 
Le criminel, qui simule un échec de l’opération pour mieux tenter de s’évader, reçoit en fait petit à petit des souvenirs de l’espion, bon père de famille, francophone – qualité rare dans le monde anglo-saxon – et doté d’un sens moral prononcé. Le criminel finit positivement contaminé par les qualités de son donneur. S’il s’agit d’un film de distraction, le thème du transhumanisme n’est pas absent. Un tri entre vies utiles, même après la mort, et inutiles, sacrifiables, ne paraît pas hors d’atteinte dans le relativisme d’aujourd’hui, à l’antimorale utilitariste héritée de Bentham et particulièrement répandue.
 

Criminal, un espion dans la tête cumule les qualités

 
Criminal : un espion dans la tête comprend de nombreuses scènes d’action, avec les inévitables courses-poursuites, explosions, fusillades… Là n’est certainement pas le plus intéressant du film. Mais ces scènes sont réparties avec art tout au long de la narration, et ne durent pas trop longtemps. Chose devenue rare, le montage est particulièrement réussi. Le spectateur ne sent pas passer les deux heures que dure approximativement le film. Le côté sensible, sinon sentimental du film, avec la rencontre de la veuve et de la fille de l’espion est traité de manière relativement contenue. Les acteurs jouent consciencieusement. Kevin Costner, dans le rôle principal, rappelle qu’il est encore vivant, et actif, à un bon niveau.
 
Criminal : un espion dans la tête cumule les qualités qui font passer au spectateur un bon moment. Si la morale n’est pas explicitement formulée, ce genre d’expérience, aujourd’hui faut-il le rappeler encore techniquement impossible, est, à notre avis, plutôt dénoncé.
 

Hector Jovien

 
Criminal espion tête Action science fiction film