fbpx

Viré après avoir découvert des tissus mous dans un squelette de dinosaure

dinosaure découverte tissus mous
 
Un ancien scientifique de l’Université californienne de Northridge la poursuit pour l’avoir licencié après une découverte qui remettrait en cause une théorie communément admise.
En 2012, Mark Armitage faisait partie d’une équipe de chercheurs travaillant sur un site de fouille et avait découvert la corne d’un tricéraptor, dinosaure dont l’extinction aurait eu lieu, selon l’opinion commune, il y a plus de 60 millions d’années.
Mais Armitage aurait découvert dans cette corne des tissus mous, laissant à penser que l’animal aurait pu vivre il y a quatre mille ans.
Armitage, partisan de la théorie créationniste d’une « Terre jeune » avait alors publié ses découvertes dans la revue spécialisée Acta Histochemica et en avait parlé à ses étudiants.
Le responsable du scientifique avait alors répondu : « Nous ne tolèrerons pas votre religion dans ce département ».
La question serait plutôt : y avait-il des tissus mous dans cette corne, le prélèvement a-t-il été honnêtement fait, selon un processus correct ? Et si oui, quelle est l’interprétation classique du fait ?