fbpx

L’Espagne accueille des réfugiés en nombre record – une petite fraction des demandes déposées en Europe

Espagne réfugiés record fraction demandes Europe
 
L’Espagne a connu un nombre « record » de demandes d’asile en 2016, soit près de 16.000 personnes. Comparé aux pays nordiques de l’Europe, le nombre peut paraître assez modeste, mais il est six fois plus élevé que l’année précédente en Espagne et représente une vraie charge pour ce pays qui connaît toujours un taux de chômage effrayant parmi sa jeune population. La plus forte proportion des réfugiés provenait de Syrie. Mais ce n’est rien, qu’une petite fraction par rapport aux arrivées dans le reste de l’Europe.
 
Sur les 15.755 personnes ayant déposé une demande en 2016, 6.855 seulement ont obtenu un statut de réfugié, soit 43,5 %, tandis que 3.395 personnes ont vu leur demande définitivement rejetée, soit un peu plus d’un demandeur sur cinq. Les autres sont toujours en attente du règlement de leur dossier.
 
Les seuls Syriens représentent 90 % des dossiers acceptés, soit 6.215 personnes, pour la plupart bénéficiaires d’un statut « subsidiaire » susceptible d’être revu.
 

L’Espagne reçoit les réfugiés avec parcimonie

 
L’Espagne n’est pas précisément un petit pays en Europe. La proportion de réfugiés qu’elle accueille semble infime par rapport au reste de l’Union européenne, puisque selon Eurostat, le nombre de demandes d’asile a atteint les 1,26 millions en 2016. Les demandes déposées en Espagne ne représentent que 1,3 % du total. L’Allemagne, elle, est championne toute catégorie avec près de 750.000 demandes en 2016 – qui s’ajoutent au tsunami migratoire de 2015.
 
A titre de comparaison, l’Italie a enregistré 123.360 demandes et la France, 83.485 en 2016.
 
En Espagne, quatre réfugiés sur 10 en 2016 étaient des femmes ; on ne sait, faute de statistiques officielles, le nombre d’enfants accueillis.
 

En 2016, arrivées record – mais c’est une fraction minime par rapport aux demandes en Europe

 
Malgré ces nombres relativement faibles, de nombreux dossiers restent en attente de règlement : 20.370 demandes restées sans réponse au total à la fin de 2016. La coordonnatrice des services juridiques du Conseil espagnol pour les réfugiés (CEAR), Paloma Favieres, réclame des moyens humains et financiers pour répondre plus vite à ces « pauvres gens dont la vie est souvent suspendue à la décision définitive ». Le Conseil regrette également que l’Espagne ait très fortement limitée l’accueil de réfugiés en provenance de pays autres que la Syrie.
 
L’Espagne s’est engagée vis-à-vis de l’Europe à accueillir en 2017 – entre janvier et fin août, promis ! – 17.337 réfugiés syriens ou irakiens supplémentaires « relocalisés » depuis la Grèce. A la fin janvier, seules 1.034 personnes avaient été acceptées : il semble que le pays freine des quatre fers.
 
Mais comment font-ils ?
 

Anne Dolhein